•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Comment s’approvisionner en étant confiné à la maison

Illustration d'une application d'épicerie en ligne sur un téléphone cellulaire. À la gauche du téléphone, une femme est en train de magasiner en ligne et à la droite, un livreur en bicyclette.

Faire livrer son épicerie à la maison est une option très intéressante quand on est confiné à la maison.

Photo : Radio-Canada / Laury Dubé

En isolement volontaire, il est toujours possible de commander de la pizza à sa porte pour tous les repas. Mais cela risque d’être cher et monotone. Pour ceux qui doivent rester chez eux en ces temps de coronavirus, notamment les aînés, il est recommandé de faire livrer son épicerie à la maison. Mais comment s’y prendre quand on n’y est pas habitué?

Les demandes de livraison à domicile ont explosé dans les derniers jours, avertissent les épiciers. Il est préférable de ne pas attendre la dernière minute, car les délais ont augmenté parfois de plusieurs jours.

Si on en faisait 20 par jour, on est peut-être rendu à 100, a illustré le propriétaire du IGA sur le boulevard des Grives, à Gatineau. Comme on a fermé certains services comme le comptoir de charcuteries, on réaffecte des employés aux commandes à domicile.

La demande est telle que certaines épiceries prient les citoyens de laisser ce service aux personnes les plus à risque d’avoir la COVID-19 ou aux personnes vulnérables.

Il ne faut pas non plus s’étonner que ces sites Internet, surchargés, boguent ou soient lents par moment.

Quels frais?

Les épiceries exigent généralement des frais pour assembler et livrer les commandes, mais ils dépassent rarement 12 dollars au total.

Certaines offrent même la livraison gratuite pour les personnes aînées. Par ailleurs, les coûts varient souvent en fonction de la taille de la commande.

On exige parfois un achat de 50 dollars ou plus pour pouvoir bénéficier de la livraison. C’est le cas dans les Metro. Les livreurs apprécient aussi qu’on leur laisse un pourboire.

Illustration d'une personne qui tend un sac d'épicerie rempli à une autre personne.

Certaines épiceries offrent même la livraison gratuite pour les aînés.

Photo : Radio-Canada / Laury Dubé

Par téléphone

Les épiciers ont tendance à préférer les commandes en ligne à celles par téléphone, puisqu’elles réduisent le travail qui doit être effectué par les employés, fortement occupés ces jours-ci.

Mais si vous n’êtes pas à l’aise avec Internet, vous pouvez toujours appeler d’abord votre épicerie préférée, puisque certains acceptent encore les commandes par téléphone.

Suzanne Bélanger-Fontaine, de la Fédération des aînés et des retraités francophones de l’Ontario, souhaiterait d’ailleurs que certaines grosses épiceries envoient des employés en renfort pour prendre des commandes par téléphone, parce qu'être branché quand on est aîné, peut-être plus seul, moins habitué au monde numérique, c’est un défi.

Démarche en ligne

Pour ce qui est des commandes en ligne, vous devez d’abord choisir votre épicier et vous rendre sur son site Internet ou son application mobile.

Les enseignes IGA, Metro, Walmart et Loblaws, notamment, offrent ce service dans beaucoup de leurs succursales d’Ottawa et de Gatineau. Ça ne semble pas être le cas de Maxi. Vérifiez si votre petit épicier indépendant offre aussi cette option.

Via le site instacart.ca, les résidents de l’Ontario peuvent choisir divers magasins pour la livraison, notamment Shoppers Drug Mart, Staples et Walmart.

Par ailleurs, la livraison à domicile est aussi possible dans plusieurs pharmacies. Elle est notamment gratuite chez Jean Coutu pour les commandes de 35 dollars ou plus avant taxes.

Comme chaque site internet et chaque processus pour les commandes en ligne est un peu différent, il peut être judicieux de consulter d’abord les sections Foire aux questions pour ne pas avoir de surprise.

Il devrait s’y retrouver les mêmes produits qu’en magasin. Il y a donc énormément de choix et un outil de recherche par mots-clés est généralement à la disposition des clients.

Les étapes pour passer une commande (en général) :

1) Sélectionner le magasin le plus près, en saisissant son code postal; se créer un compte en précisant son nom et son adresse; choisir le moment de la livraison;

2) Sélectionner tous ses aliments, un à un, en spécifiant la quantité de chacun, pour remplir son panier virtuel;

3) Payer en ligne ou à la réception de sa commande au moment indiqué. Les modes de paiement acceptés varient d’un endroit à l’autre. Certaines détaillants IGA acceptent le paiement comptant, débit ou crédit sur réception de la nourriture, alors que les Metro n’acceptent que le paiement par carte de crédit en ligne.

Une illustration qui représente l'achat d'épicerie en ligne. Plusieurs légumes sortent d'un téléphone cellulaire.

Chaque épicerie a des processus de commande en ligne différents, mais les étapes sont généralement les mêmes.

Photo : Radio-Canada / Laury Dubé

D’autres recours pour les plus vulnérables

Certains organismes se mobilisent aussi pour offrir des services alimentaires aux personnes âgées ou vulnérables en ces temps difficiles.

Par exemple, le Centre de service Guigues (Nouvelle fenêtre), à Ottawa, vient d’organiser un service de livraison de plats à domicile et d’aliments de base pour les aînés.

On pose la question au client : “Quel produit vous voulez dans votre panier?” Et on fait la livraison à domicile. Comme ça, on s’assure que la personne a les besoins essentiels et ça permet de vérifier l’état de la personne, explique Charles Simard, directeur des services aux aînés du Centre de services Guigues.

Les popotes roulantes de Gatineau et d’Ottawa continuent également de livrer des repas. Pour en bénéficier à Gatineau, il faut appeler le Centre d’action bénévole au 819 568-0747. À Ottawa, il s’agit de composer le 613 233‑2424.

Par ailleurs, plusieurs groupes spontanés se sont formés notamment pour distribuer de la nourriture aux personnes dans le besoin, par exemple via la page Facebook Caremongering Ottawa.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Alimentation