•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des élections dans deux communautés autochtones se tiendront en dépit de la pandémie

Deux personnes, vues de dos, en train de marcher sur un trottoir dans la ville de La Ronge.

Certaines communautés autochtones en Saskatchewan n'ont pas l'intention de reporter la tenue de leurs élections malgré la pandémie de coronavirus.

Photo : Radio-Canada / CBC/Radio-Canada

Radio-Canada

Malgré la pandémie de coronavirus et les critiques de certains membres de la communauté à leur endroit, deux Premières Nations en Saskatchewan ont toujours l’intention de tenir leurs élections.

Un membre de la Première Nation de Red Pheasant, située à environ 40 kilomètres au sud de North Battleford, qualifie de dangereuse la décision de sa communauté d’aller de l’avant avec la tenue du scrutin.

Certaines personnes peuvent introduire le virus dans notre communauté. Je suis inquiet pour les personnes âgées, dit Alvin Baptiste.

Je ne suis pas aussi préoccupé par les élections que par la santé et la sécurité de notre communauté.

Alvin Baptiste, membre de la Première Nation de Red Pheasant

Celui-ci affirme également qu’un groupe composé de membres de la Première Nation est en train de se former afin de bloquer l’accès au lieu de scrutin ou de verrouiller les portes du bureau de vote.

Même s’il souligne ne pas faire partie de ce groupe, Alvin Baptiste presse les autorités de déplacer la tenue du vote à une date ultérieure.

Ne permettez à personne d’entrer au bureau de vote tant que le coronavirus n’aura pas disparu. Notre vie, celle de nos aînés et celle de nos enfants sont en jeu, s’indigne-t-il.

Ni le directeur général des élections de la Première Nation de Red Pheasant ni Services aux Autochtones Canada n’ont pu être joints, jeudi, afin de recueillir leurs commentaires sur la tenue des élections.

Précautions

La Première Nation crie de Beardy’s et Okemasis, située à 80 kilomètres au nord de Saskatoon, tiendra elle aussi sa réunion de mise en candidature vendredi, avant la tenue du vote qui aura lieu une semaine plus tard.

La directrice générale des élections dans la communauté, Loretta Pete Lambert, assure que l’administration a pris des mesures supplémentaires pour prévenir une potentielle éclosion de cas de la COVID-19.

L’avis d’élection de la Première Nation stipule que trois personnes, soit le candidat, le proposant et le secondeur, seront admises en même temps dans la salle de réunion et signeront les papiers nécessaires après s’être lavé les mains.

Le personnel électoral portera quant à lui des gants et la liste des candidats aux postes de chef et de conseiller sera affichée un peu plus tard en ligne. Pendant le dépouillement des bulletins de vote, les responsables s’engagent également à publier les résultats en direct sur les réseaux sociaux.

Je ne sais pas si je dirais qu’il y a une confiance extrême [envers le processus], mais c’est certain que des précautions sont prises. J’espère qu’il n’y aura pas de transmission du virus, indique Loretta Pete Lambert.

Une décision sera prise vendredi à La Ronge

La plus grande Première Nation en Saskatchewan, la bande indienne de Lac La Ronge, a décidé d’annuler le vote par anticipation qui devait avoir lieu jeudi.

Le directeur général des élections de l’endroit, Milton Burns, a déclaré qu’une réunion aura lieu vendredi pour décider si la journée de vote officiel du 30 mars sera reportée.

Après avoir consulté le médecin hygiéniste en chef de la Saskatchewan, le gouvernement provincial a interdit les rassemblements de plus de 50 personnes plus tôt cette semaine, mais de nombreux experts recommandent l’arrêt complet de tous les rassemblements publics afin de contenir la propagation du virus.

Avec les informations de Jason Warick

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !