•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Deux premiers cas de COVID-19 confirmés en Haïti

Un agent de police surveille une file tout en portant un masque.

Les premiers cas de COVID-19 ont poussé le gouvernement haïtien à prendre une série de mesures restrictives.

Photo : Reuters / Andres Martinez Casares

Agence France-Presse

Le président haïtien, Jovenel Moïse, a annoncé jeudi les deux premiers cas de coronavirus en Haïti, pays le plus pauvre et le plus densément peuplé des Caraïbes, où les autorités ont pris des mesures draconiennes pour contenir la propagation de la pandémie.

Nous avons enregistré deux premiers cas de coronavirus sur le territoire national, a déclaré M. Moïse lors d'une allocution télévisée diffusée sur les médias d'État.

Rappelant que son gouvernement s'était toujours engagé à la transparence sur la gestion de la pandémie, le dirigeant haïtien a appelé la population au calme.

Ces premiers cas de coronavirus en Haïti ont poussé le gouvernement à prendre une série de mesures restrictives.

Un couvre-feu sera imposé sur tout le pays de 20 h à 5 h à compter de vendredi, a indiqué Jovenel Moïse, qui a également déclaré l'interdiction de tout rassemblement de plus de 10 personnes.

Dès vendredi, et jusqu'à nouvel ordre, toutes les écoles seront fermées, ainsi que les centres de formation et les universités. Les usines doivent aussi immédiatement cesser toute activité, a demandé le chef de l'État.

Haïti verrouille par ailleurs son territoire, avec la suspension à partir de vendredi de tous les vols commerciaux et la fermeture des ports à tout transport de passagers.

Jovenel Moïse a menacé de sanctions tous ceux qui feraient du marché noir de médicaments, de produits d'hygiène et de produits alimentaires.

D'éventuelles mesures de confinement, comme celles instaurées en Italie et en France, seraient difficiles à mettre en œuvre dans le pays, notamment à Port-au-Prince.

La grande majorité des près de trois millions d'habitants de la capitale dépend quotidiennement de l'économie informelle pour survivre.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Amériques

International