•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : le personnel de secours prend aussi ses précautions

Des pompiers volontaires retirent des débris d'un site lors d'une mise en situation lors d'une formation annuelle ayant eu lieu à Nipawin la fin de semaine dernière.

Les services d’urgence, comme d’autres, doivent s’adapter à la pandémie de coronavirus.

Photo : Radio-Canada / CBC

Radio-Canada

Impossible pour les intervenants d’urgence de s’isoler ou de pratiquer la distanciation sociale avec les personnes qu’ils secourent. Des mesures sont tout de même prises par ces répondants de première ligne face à la pandémie de coronavirus.

Neil Sundeen, chef adjoint des opérations au service des incendies de Regina, indique que des précautions sont prises par les pompiers et pompiers-ambulanciers lorsqu’ils interviennent auprès de personnes ayant des symptômes de grippe.

Leur équipement inclus masque N95, lunettes de protection et gants.

« Nos équipes sont prêtes pour intervenir de façon sécuritaire auprès de toute personne, peu importe les conditions médicales. »

— Une citation de  Neil Sundeen, chef adjoint des opérations au service des incendies de Regina

Même niveau de préparation du côté des ambulanciers des services de santé Medavie, à Saskatoon. Le porte-parole pour les services de santé Medavie, Troy Davies, ajoute que les premiers gestes sont posés en amont de l’intervention. Lors des appels d’urgence, les répartiteurs s’assurent de poser les questions relatives aux symptômes de la COVID-19.

Troy Davies recommande aux personnes inquiètes par leurs symptômes de contacter en premier lieu le 811 et de compléter l’outil d’autoévaluation (Nouvelle fenêtre) (en anglais) mis en place par le gouvernement de la Saskatchewan.

En cas d’urgence médicale, il est bien évidemment conseillé de composer le 911.

Du côté des services de police

La police de Regina fournit aussi à ses équipes des équipements de protection, qui comprennent des masques notamment.

Mais le risque de contracter une maladie lors d’une intervention n’est pas un phénomène nouveau.

« Nous avons eu à ajuster nos protocoles [...] Il faut quand même rappeler que si nous répondons à un appel d’une personne atteinte d’une hépatite, par exemple, nous devons aussi ajuster notre intervention. »

— Une citation de  Les Parker, porte-parole de la police de Regina

La Division Dépôt de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) envisage quant à elle de suspendre la formation policière.

L’école a par ailleurs décidé de fermer ses portes aux visiteurs, de reporter tous ses événements publics et encourage ses employés à faire du télétravail.

Avec les informations de Tory Gillis, pour CBC.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !