•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des restaurateurs de Sept-Îles font front commun face à la COVID-19

Chargement de l’image

Des brochettes du poulet sur le point d'être grillées dans la cuisine du Bavard et l'Ivrogne.

Photo : Radio-Canada / Djavan Habel-Thurton

Chargement de l’image
Prenez note que cet article publié en 2020 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Alors que plusieurs restaurants et bars ont fermé leurs portes à Sept-Îles en raison de la pandémie de COVID-19, leurs propriétaires font front commun pour soutenir la communauté et éviter le gaspillage de nourriture.

Lorsque Billy Tanguay a vu que la majorité des restaurants et débits de boisson de Sept-Îles fermaient leurs portes en raison des mesures prises pour éviter la propagation de la COVID-19, il s’est empressé d’agir.

Le copropriétaire du restaurant le Bavard et l’Ivrogne a contacté les propriétaires d’autres établissements pour proposer d'utiliser leur nourriture périssable qui risquait de se perdre.

Chargement de l’image

Pierre-Olivier Simard et Billy Tanguay se donnant une «poignée de coude» rendue nécessaire par la COVID-19.

Photo : Radio-Canada / Djavan Habel-Thurton

L'un de ceux qu'il a rejoints est Billy Dumas, copropriétaire de la microbrasserie La Compagnie, voisine du Bavard et l’Ivrogne.

Billy Tanguay est venu nous voir. Il nous a dit si :"vous allez perdre de la bouffe, moi je la prendrais et je la transformerais", explique Billy Dumas.

Chargement de l’image

Billy Dumas et Marie-Pierre Jonhson, deux des copropriétaires de la microbrasserie La Compagnie.

Photo : Radio-Canada / Bénédicte Filippi

La Compagnie, le Edgar café bar, le Saint-Hubert et la Cage aux sports de Sept-Îles ont aussi offert des aliments au Bavard et l’Ivrogne.

M. Dumas ne perçoit de compétition entre les restaurants et bars locaux de Sept-Îles, entre qui, dit-il, règne la solidarité. Même avant la crise, l’entraide était courante entre différents établissements, explique-t-il.

On n’a jamais vraiment été en compétition […], on travaille ensemble pour développer le marché, développé une ville qui est excitante, dit le copropriétaire et brasseur de La Compagnie.

Distribution communautaire

Selon, Pierre-Olivier Simard, l’autre copropriétaire du Bavard et l’Ivrogne, environ 70 % de la nourriture amassée d’autres établissements sera transformée puis distribuée gratuitement.

On a donné des repas à l'hôpital de Sept-Îles, aux infirmières. On a donné des repas aux CPE qui sont ouverts pour les [parents qui travaillent dans les] services essentiels. On a essayé d'aider justement la population qui n'a pas nécessairement le temps de préparer des repas pour les enfants, explique Pierre-Olivier Simard.

Chargement de l’image

La mère de Billy Tanguay, Johanne, cuisine bénévolement la nourriture qui sera remise gratuitement dans la communauté.

Photo : Radio-Canada / Djavan Habel-Thurton

La transformation de toute cette nourriture demande un travail considérable qui a gardé les propriétaires du Bavard et l’Ivrogne dans leur cuisine jusqu’aux petites heures du matin cette semaine.

Le reste de la nourriture sera cuisinée et incluse au menu pour emporter du Bavard et l'Ivrogne, dont les propriétaires tentent de générer assez de revenus pour continuer à payer leurs employés qui désirent toujours travailler.

Comme bien d'autres restaurants, le Bavard et l'Ivrogne a fermé sa salle à manger au public, mais offre encore son menu à emporter et veut bientôt lancer un service de livraison pour alléger les conséquences de la COVID-19 sur ses opérations.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !