•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Distanciation sociale : des entreprises du N.-B. s’adaptent à la pandémie

Un homme seul dans un café.

Un homme seul dans un café désert.

Photo : Getty Images / visualspace

Radio-Canada

Tout comme le grand public, les entreprises s’adaptent aux nouvelles normes de distanciation sociale qu’impose la pandémie de coronavirus afin de protéger leurs employés et leurs clients.

Notre dossier : La COVID-19 en Atlantique

À la pharmacie Jean-Coutu de Dennis Abud à Dieppe, on a réduit le nombre de personnes qui se côtoient dans la salle d’attente.

On a enlevé des chaises dans la salle d’attente pour être certain que les gens ont de la place. On demande aussi aux gens d’appeler d’avance, explique-t-il.

Le pharmacien Dennis Abud dans une pharmacie.

Le pharmacien Dennis Abud.

Photo : Radio-Canada

Le pharmacien-propriétaire a aussi fait installer des vitres autour du comptoir de pharmacie afin de réduire encore davantage le risque de contagion à la COVID-19, qui se transmet par les gouttelettes respiratoires expulsées lorsqu’une personne malade respire, parle, tousse ou éternue.

On est pas mal la seule place qui va rester ouverte si jamais ça évolue

Dennis Abud, pharmacien

Je veux vraiment que mes employés soient bien protégés, et que les gens aient quand même des médicaments pour fonctionner tous les jours , ajoute-t-il.

Le restaurant et bistrot Les Brumes du Coude, à Moncton, ne vend depuis le 16 mars que des plats à emporter.

Le chef-propriétaire Michel Savoie explique comment son personnel s’adapte pour protéger le client.

Il me demande ce que j'ai, je vais dans la cuisine le chercher, je le mets sur le comptoir, il prend [la commande], après il fait le paiement, puis c'est tout. Il glisse sa carte, puis that's it. Après, je désinfecte la machine, résume-t-il.

Un chef s'approche d'une rangée d'assiettes préparées dans la cuisine d'un restaurant.

Le chef-propriétaire Michel Savoie au travail dans son restaurant Les Brumes du Coude, à Moncton au Nouveau-Brunswick.

Photo : Radio-Canada

Ludovic Eveno, de la boulangerie LF Bakery, applique des règles strictes de distanciation sociale.

On accepte seulement deux personnes dans la boulangerie à la fois. On ne veut pas avoir de groupe, souligne-t-il. C'est une personne avec une autre personne, deux clients à la fois, et on s’arrange pour que les gens puissent rentrer d'un côté et sortir de l'autre côté. Idéalement, les gens ne se croisent pas.

Les entreprises rencontrées nous ont aussi dit avoir renforcé leurs protocoles de mesures sanitaires.

D’après le reportage de Wildinette Paul

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !