•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La COVID-19 inquiète les refuges pour animaux

Un chien couché sur le plancher d'une maison.

Les refuges pour animaux de la province s'inquiètent de l'impact de la COVID-19 sur leurs activités.

Photo : Radio-Canada / Andréane williams

La pandémie de COVID-19 complique le travail des refuges pour animaux albertains. Les associations de sauvetage s'inquiètent entre autres d’une augmentation des abandons, d’une diminution du nombre de familles adoptives et de l’annulation de collectes de fonds nécessaires à leur fonctionnement.

En temps normal, Vanessa Jones et Alayna Astle iraient rencontrer les nouvelles familles d'accueil potentielles en personne. La pandémie de COVID-19, a cependant forcé l’organisation Hope Lives Here Animal Rescue Society à revoir ses pratiques. Les visites et les entrevues sont font maintenant par Skype.

Nous voulons limiter les contacts physiques avec les gens. Lorsque nous livrons de la nourriture à domicile, nous la laissons sur le pas de la porte, explique Alayna Astle, la présidente de la Hope Lives Here Animal Rescue Society.

Vanessa Jones parle au téléphone aux côtés d'Alayna Astle.

Vanessa Jones (à gauche) et Alayna Astle (à droite) rencontrent maintenant les familles d'accueil potentielles par Skype.

Photo : Radio-Canada / Andréane williams

Selon elle, cette mesure simple permet à son association de continuer un travail essentiel en temps de crise sanitaire.

Je pense que dans les six prochains mois, beaucoup de gens vont se défaire de leurs animaux.

Alayna Astle, présidente de la Hope Lives Here Animal Rescue Society

Selon elle, cette situation pourrait être difficile à gérer pour les associations de sauvetage, surtout si le nombre de familles d’accueil diminue.

Plusieurs refuges sont fermés au public, ce qui fait que les animaux ne seront pas adoptés. Il va donc manquer de place, explique Dan Kobe, responsable des communications à la SPCA d’Edmonton.

Nicole Siegel est la présidente de la fondation Paws for Life et propriétaire du salon de toilettage et du service de garde pour chiens DogSpaw, à Edmonton.

Son commerce, qui accueillait deux chiens abandonnés, a dû fermer ses portes rapidement après qu’une employée ait commencé à présenter des symptômes grippaux.

Fermer notre commerce a été une décision très difficile à prendre parce que nous ne voulions pas abandonner les chiens, explique-t-elle en précisant avoir finalement trouvé un foyer pour les deux chiens.

Coup dur pour les finances

Avec la pandémie, certains organismes anticipent une baisse des dons.

La situation va être difficile d’un point de vue financier pour les gens. Je m’attends donc à voir un impact de ce côté, explique Liza Sunley, la directrice générale de la Humane Society d’Edmonton.

Vanessa Jones et Alayna Astle devant un conteneur rempli de nourriture.

Alayna Astle conserve des réserves de nourriture pour animaux chez elle et se dit prête à aider les familles qui n'auront plus les moyens de nourrir leurs animaux de compagnie.

Photo : Radio-Canada / Andréane williams

De son côté, Alayna Astle sait déjà qu'elle devra annuler plusieurs collectes de fonds. Elle appelle donc les particuliers à faire des dons en argent ou en nourriture.

Cet argent est essentiel pour fournir les soins vétérinaires dont nos animaux ont besoin, souligne-t-elle.

La jeune femme dispose cependant de réserves de nourriture qu’elle se dit prête à livrer aux familles qui n’auront plus les moyens de nourrir leurs animaux.

La priorité est bien sûr de nourrir sa famille, dit-elle. Donc s’il ne vous reste plus d’argent pour nourrir votre animal, communiquez avec moi.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Alberta

Animaux de compagnie