•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les synagogues hassidiques fermées en raison du coronavirus

Le gouvernement de François Legault a demandé la collaboration des libéraux pour convaincre des leaders religieux de fermer leurs lieux de culte.

Des policiers rencontrent des membres de la congrégation de Tetev Lac Satmer.

Une intervention policière à Outremont mardi, devant une synagogue

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Mardi 17 mars, 14 h 30. Une vingtaine de jeunes se tiennent sur le pas de la porte d’une synagogue d’Outremont, à Montréal, la mine inquiète. Plusieurs voitures de police circulent dans le quartier et l’une d’elles s’est arrêtée ici dans la rue Hutchison, au coin de la rue Saint-Viateur.

Deux policiers tentent de discuter avec les jeunes. Nous sommes venus les avertir d’être prudents en ces temps de pandémie, nous explique la policière, en revenant vers sa voiture. La police communautaire fera le suivi, ajoute-t-elle.

La police de Montréal a aussi dû intervenir dans un grand mariage juif orthodoxe, dans l’ouest de Montréal, au début de la semaine.

Côte-Saint-Luc a adopté au lendemain de cet événement des mesures pour limiter les rassemblements sur son territoire à 10 personnes et moins, notamment en raison d’un nombre important de lieux de culte qui s’y trouvent.

Pour beaucoup de communautés très croyantes, la distanciation sociale peut être plus difficile à mettre en œuvre que pour les non-croyants.

Si nous arrêtons de prier, est-ce que Dieu va nous aider à enrayer le virus? a demandé une dame hassidique croisée devant une autre synagogue d’Outremont, toujours ouverte lundi, et qui insistait sur le fait que seule la prière peut nous sauver.

Selon une source politique, le gouvernement de François Legault ne souhaitait pas et ne souhaite pour rien au monde un désordre public ou qu’une communauté soit stigmatisée. Le premier ministre a tout de même évoqué la question dans son point de presse de mercredi : Les lieux de culte non catholiques qui sont ouverts, on veut les fermer.

Il évoquait des synagogues et des mosquées qui tardaient à fermer leurs portes.

Or depuis, les synagogues de hassidim sont silencieuses et désertes. À la suite de négociations soutenues, le gouvernement a réussi à convaincre les juifs hassidiques de prendre des mesures extraordinaires compte tenu de leurs croyances. Un groupe de rabbins s’est aussi constitué en cellule de crise.

Collaboration politique inhabituelle

Le premier ministre François Legault n’a pas hésité à demander l’aide de ses adversaires.

Le message sanitaire passait mal auprès de certaines communautés culturelles très pratiquantes à Montréal et la Coalition avenir Québec (CAQ) a peu de contact avec les juifs hassidiques ou les musulmans pratiquants de l’île.

En fait, les relations entre le gouvernement de la CAQ, les rabbins et les imams tournaient en rond. La perception dans les communautés était que c’était la CAQ, le parti politique, qui voulait fermer les lieux de culte.

On saisissait moins bien que l’enjeu n’avait rien de politique, alors qu'il était un enjeu de santé publique.

Aussi, le bureau du premier ministre a fait appel au chef libéral Pierre Arcand et à ses députés qui ont répondu présents.

Des députés comme Monsef Derraji, d'origine marocaine, qui fait un doctorat en santé publique, ou encore David Birnbaum, ancien directeur du Congrès juif canadien, ont changé la donne. Ils ont exploité tous leurs contacts pour convaincre les dirigeants des lieux de culte de fermer leurs portes.

Le lieu est vide.

La synagogue de la communauté Tosh Boisbriand de Boisbriand, fermée jeudi.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Les imams qui dirigent la prière dans les mosquées ont allégué qu’ils respectaient la consigne du gouvernement de tenir des rassemblements de moins de 250 personnes.

Les chefs spirituels ont donc permis des rencontres de prières dans les mosquées réunissant jusqu’à 200 fidèles. La promiscuité dans ces lieux de prière représente un risque.

L’intervention du député libéral de Nelligan a contribué à convaincre les imams de fermer eux aussi. La prière de ce vendredi a été annulée dans les mosquées de Montréal.

Danger de contagion : de Brooklyn à Montréal

Si tout le monde s’y est mis avec célérité auprès des juifs hassidiques, c’est que les hassidim doivent être très prudents, vu leurs liens soutenus avec des communautés hassidiques de New York considérées comme des foyers d’infection.

Les juifs hassidiques ne forment pas une communauté homogène. Il existe des dizaines de groupes à travers le monde. Une douzaine sont présents sur le territoire du Québec, à Outremont, dans Côte-des-Neiges et à Boisbriand.

Pour saisir la raison pour laquelle les rassemblements dans les synagogues hassidiques inquiétaient, il faut d’abord comprendre l’organisation sociale de ces groupes.

Chaque groupe a son nom propre et un costume qui le distingue. Satmar, Belz, Loubavitch, Skver, Tosh, etc. Et chacun est un peu constitué comme une multinationale. Il a un siège social quelque part, le plus souvent dans l’État de New York, et des succursales ailleurs dans le monde. Montréal compte ainsi plusieurs de ces succursales.

Les liens des Satmars, Belz et Lubavitch avec leurs communautés sœurs de New York sont très étroits et très actifs.

Par exemple, on marie souvent des filles de Montréal avec de jeunes hommes de New York, ou encore, des jeunes de Montréal vont étudier dans des écoles talmudiques de New York ou l’inverse.

Pour consolider le lien entre les communautés de Willamsburg, Crown Heights et Borough Park dans l’État de New York, un autobus assure la correspondance avec les communautés sœurs dans Outremont, Côte-des-Neiges et Boisbriand.

Les familles font la route entre les deux villes pour les grandes fêtes.

La fête de Pourim, qui se tenait les 9 et 10 mars dernier, est une fête amusante pour les enfants qui se déguisent pour l’occasion.

On festoie beaucoup à Pourim. Les fêtes de Pâques approchent à grands pas et c’est l’époque des mariages.

Des hassidim devant une synagogue d’Outremont.

Des hassidim devant une synagogue d’Outremont

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

L’épidémie se répand dans les communautés hassidiques de Brooklyn

Le New York Times signalait mercredi que le virus était bien présent chez les hassidim de Williamsburg et Borough Park, où une centaine de cas se sont déclarés au sein de groupes hassidiques ayant des liens avec ceux de Montréal.

Deux personnes de ces communautés hassidiques sont hospitalisées à l’heure actuelle.

Lundi, l’un des grands chefs spirituels du groupe Satmar, Aaron Teitelbaum, écrivait à ses troupes de ne fermer ni les écoles ni les synagogues.

Les non-juifs ne comprennent pas que, dans nos familles, nous avons beaucoup d’enfants et que nous vivons souvent dans de petits appartements. Nos enfants n’ont pas accès aux divertissements des non-juifs, soulignait-il. Si nous gardons les enfants à la maison, comme il n’y a pas de place, ils se réuniront dans la rue et la solution deviendra le problème.

Mardi soir, le New York Times signalait aussi que des mariages et séances de prières rassemblant des foules continuaient à avoir lieu à Brooklyn.

Mais hier, à New York, le ton avait changé radicalement. Un organisme privé qui gère la santé des hassidim et répond aux autorités religieuses publiait un communiqué pour expliquer à ses troupes que les synagogues, les bains rituels et les écoles devaient fermer immédiatement.

L’édit fait référence à des rencontres avec des émissaires du gouvernement fédéral américain ainsi que des représentants de l’État de New York.

La consigne semble avoir fait son chemin jusqu’à Montréal. Mercredi soir, un regroupement hassidique a publié un communiqué de presse pour faire savoir que les synagogues seraient fermées séance tenante.

C’est une situation difficile. Même pendant la période nazie en Allemagne, les juifs voulaient se réunir pour prier, nous a expliqué le Montréalais Max Liebermann.

GIF montrant des conseils pour prévenir la propagation du coronavirus.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des conseils pour réduire les risques de propagation de la COVID-19.

Photo : Radio-Canada

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Coronavirus

Société