•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des autobus de Winnipeg en quarantaine à cause d’un chauffeur malade

Un autobus avec une note collée sur la fenêtre sur laquelle il est écrit COVID-19.

L'un des autobus en quarantaine.

Photo : Amalgamated Transit Union Local 1505

Radio-Canada

Entre deux et quatre autobus de la Ville de Winnipeg sont en quarantaine et seront désinfectés, après qu’un chauffeur ait présenté des symptômes de la grippe lors de son quart de travail mercredi soir.

Nous avons immédiatement dit au chauffeur d’arrêter de conduire l’autobus. Il est maintenant chez lui, en isolement, indique un communiqué de la Ville.

Par excès de prudence, les autobus avec lesquels le chauffeur a été en contact dans les deux derniers jours ont été mis hors service et seront soigneusement désinfectés avant qu’ils soient remis en service, peut-on également lire.

La Ville dit qu’elle utilise le désinfectant de calibre hospitalier ES65H et qu’elle a une quantité suffisante de ce produit pour la désinfection des autobus, du moins pour le moment.

Les employés chargés de la désinfection porteront de l’équipement protecteur.

Le président de la section locale 1505 du syndicat des chauffeurs d’autobus Romeo Ignacio a découvert que les autobus étaient en quarantaine après avoir vu des images sur les réseaux sociaux.

Nous comprenons qu’il y a des inquiétudes du public et parmi nos membres et nous cherchons à nous assurer que nous ne conduisons pas d'autobus qui ont été infectés, affirme-t-il.

Des images envoyées aux médias par le syndicat montrent des autobus avec du ruban jaune. L’un est orné d’une feuille de papier où il est inscrit à la main COVID-19.

Bien sûr que nous ne voulons pas provoquer la peur ou répandre de fausses informations. Ce pourrait simplement être une grippe ordinaire, ajoute M. Ignacio.

Le syndicat cherche maintenant à déterminer si des chauffeurs ont reçu des résultats de tests positifs au nouveau coronavirus.

Le président de la branche internationale du syndicat John Callahan dit que les chauffeurs sont inquiets partout en Amérique du Nord.

Il ajoute que les chauffeurs d’autobus de Winnipeg réclament du désinfectant pour les mains. Il a même sollicité l’aide du public à cet effet.

Un employé sous contrat avec la CTT montre comment il désinfecte un autobus au moyen d'un pulvérisateur.

Un employé sous contrat avec la Commission de transport de Toronto montre comment il désinfecte un autobus au moyen d'un pulvérisateur.

Photo : CBC / Michael Wilson

Selon le syndicat des chauffeurs d’autobus, la Ville de Winnipeg nettoie seulement une centaine de ses 640 autobus chaque nuit, quand la Ville de Toronto, par exemple, désinfecte quotidiennement tous ses véhicules.

Une rencontre avec l’administration municipale à ce sujet est prévue vendredi. Le syndicat dit qu’il veut parler de mesures comme l’embarquement à la porte arrière des autobus pendant la crise de la COVID-19.

Avec les informations de Caroline Barghout

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !