•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un budget provincial sur fond de coronavirus

Deux cahiers du budget du Manitoba.

Les documents du budget 2020-2021 du Manitoba

Photo : Radio-Canada

Le budget manitobain 2020-2021 a finalement été dévoilé par le gouvernement de Brian Pallister avec plus d’une semaine de retard. Ce budget, qui se veut prudent, prévoit de nouvelles réductions d'impôts et une augmentation des dépenses dans certains secteurs, tels que la santé et l'éducation.

Le cinquième budget du gouvernement progressiste-conservateur devait initialement être publié le 11 mars. Mais le Nouveau Parti démocratique a fait de l’obstruction parlementaire pour retarder son dévoilement. Une obstruction que les députés de l’opposition officielle ont justifiée en disant qu’ils tentaient d’empêcher le gouvernement d’introduire 20 lois qui pourraient être votées dès ce printemps, sans que la Chambre puisse en débattre suffisamment.

Quelques heures avant son dévoilement, le gouvernement a envoyé une annexe supplémentaire au budget afin de mettre à jour certaines de ses prévisions économiques touchées par la crise sanitaire posée par la COVID-19 dans le monde.

Urgences et incertitudes

Dans son budget, le gouvernement se prépare pour d'éventuelles difficultés économiques. Ainsi, dans sa mise à jour de jeudi, il accélère le renflouement du compte de stabilisation des revenus, le faisant passer de 571 millions de dollars à 800 millions d’ici la fin du mois de mars. Son total passera à 872 millions de dollars d’ici la fin de l’année.

Il met aussi de côté 100 millions de dollars dans la réserve pour les dépenses d'urgence.

Le gouvernement avait déjà révélé certaines des principales mesures de ce budget, comme la réduction de la taxe de vente provinciale d'un point de pourcentage pour l'amener à 6 %, ce qui devrait faire économiser 476 $ par an aux familles manitobaines, ou encore la réduction de l'impôt sur la masse salariale.

En même temps, le gouvernement réduit à nouveau son déficit de 140 millions de dollars, le ramenant à 220 millions, contre 360 l’an dernier.

Le ministre des Finances a reconnu mercredi dernier lors du huis clos que la province aurait pu équilibrer son budget cette année. Le ministre ne l’a pas fait en raison de la crise économique à venir, à laquelle la province doit se préparer. Ce budget est en effet déposé dans une période d’incertitude économique, alors que la propagation du coronavirus inquiète les marchés boursiers et que les prix du pétrole sont en forte baisse.

Nous n'avons jamais été aussi bien préparés pour faire face à des urgences inattendues, a déclaré le ministre des Finances, Scott Fielding, lors d'une conférence de presse.

Potentiellement, nous aurions pu [équilibrer] le budget mais nous devons être prêts à faire face aux urgences, a-t-il déclaré.

Plus d'argent dans les poches des Manitobains

Le budget 2020-2021 met en place de nouvelles réductions d'impôts, par exemple en réduisant de 10 % les frais d'immatriculation des véhicules. La province élimine aussi dès le 1er juillet les frais d'homologation payés lorsqu'une personne décède.

L'indexation continue du montant personnel de base devrait aussi rapporter 16,2 millions de dollars aux Manitobains, selon les projections du gouvernement.

D'autres réductions d'impôts promises, telles que l'élimination de la taxe de vente sur l'assurance habitation par exemple, ne sont pas prévues dans ce budget mais seront mises en place plus tard, selon le ministre des Finances.

De nouvelles taxes font leur apparition

Le gouvernement confirme la mise en place d'un écoprélèvement, une taxe carbone qui entrera en vigueur le 1er juillet. Celle-ci doit rapporter 218 millions de dollars en 2020-2021 et 284 millions sur une année entière. Cela fera augmenter le litre d'essence de 5,3 cents, selon les projections gouvernementales.

Interrogé en conférence de presse sur ce qu'il compte faire si le gouvernement fédéral décide de ne pas retirer l'application de sa propre taxe carbone au Manitoba, Scott Fielding a éludé la question et n'a pas répondu clairement.

Par ailleurs, la taxe sur le tabac va aussi augmenter, faisant croître le prix du tabac de 30 à 30,5 cents par cigarettes. Le gouvernement estime aussi récupérer 15 millions de dollars de revenus provenant du cannabis, une première dans un budget provincial.

Prévisions économiques optimistes

Dans sa première ébauche de budget, le gouvernement prévoit que les dépenses totales de la province devraient augmenter de 477 millions, pour atteindre 17,96 milliards de dollars, soit une augmentation de 2,7 %.

Du côté des revenus, la province a rajusté cette semaine ses prévisions et s’attend maintenant à une contraction de l’économie au cours du premier trimestre 2020, avant un rebond pour la seconde moitié de l’année. Le gouvernement estime que le déclin au Manitoba sera moins important que dans d’autres provinces, dû au fait que l’économie provinciale est assez diversifiée.

Dans la version révélée la semaine dernières aux journalistes, la province s’attendait à des revenus en hausse de 712 millions de dollars, soit 4,2 %.

Ces projections optimistes tablaient sur une croissance du PIB provincial de 1,3 %. Une semaine plus tard, le gouvernement reconnaît qu’elles ne sont plus réalistes et prévoit maintenant une croissance du PIB provincial de 0,6 %.

Cette prévision est désormais plus pessimiste que celle du Conference Board du Canada qui anticipe une croissance de 0,9 % pour le Manitoba cette année.

La diminution des revenus pourrait se situer entre 160 et 680 millions de dollars en moins, selon différents scénarios. Ces estimations sont fortement variables et seront mises à jour au fur et à mesure que la situation évolue au cours des prochains mois, prévient l'annexe au budget.

Cette situation est d'autant plus imprévisible que le gouvernement compte principalement sur les transferts fédéraux et les impôts pour ses revenus.

La dette provinciale continue de croître, mais à un rythme plus modéré : elle atteindra 26,4 milliards à la fin de l'année, en hausse de 336 millions, contre une augmentation de 900 millions de dollars l'an dernier.

La santé et l'éducation, grandes gagnantes des dépenses

Deux secteurs voient leurs dépenses augmenter dans ce budget : il s'agit de la santé, dont les dépenses augmenteront de 2,3 %, et de l'éducation, en hausse de 1,9 %.

Dans le secteur de la santé, le gouvernement prévoit notamment 1,8 milliard de dollars pour des infrastructures, dont 88,5 millions pour le réaménagement de l'Hôpital Saint-Boniface.

Par ailleurs, 250 millions seront dédiés aux systèmes de santé des régions rurales et du nord et 10 millions de dollars de plus seront affectés aux opérations de la cataracte et à l'arthroplastie pour réduire les temps d'attente.

Dans sa mise à jour de jeudi, le gouvernement reconnaît cependant que les dépenses générales de santé seront probablement plus élevées qu’anticipées, à cause du coronavirus. En 2009-2010, lors de la crise de la grippe H1N1, le gouvernement indique avoir eu des dépenses d’urgences d’un peu plus de 83 millions de dollars.

Nous nous attendons à ce que les coûts liés à la COVID-19 dépasse ce montant, est-il indiqué dans le document. D’ailleurs, déjà, plusieurs dépenses relatives à cette pandémie ont été annoncées ces derniers jours.

Côté éducation, la province prévoit la construction de sept écoles cette année et le budget comprend un soutien financier pour 4400 nouvelles salles de classe qui seront ouvertes ou en construction d'ici la fin de l'exercice financier. À cela s’ajouteront 1000 places supplémentaires pour la petite enfance.

La province prévoyait par ailleurs un investissement de 5 millions de dollars pour mettre en œuvre les réformes de l'éducation découlant de l’examen en cours dont le plan devait être dévoilé ce printemps. Le ministre de l’Éducation a toutefois annoncé que le dévoilement du plan d’action et les mesures qui en découlent sont reportées d’un an en raison du coronavirus.

D’autres mesures chiffrées

  • 118 000 $ pour le laboratoire provincial Cadham pour se préparer en vue d'une épidémie
  • Dépenses en santé : 6,8 milliards (6,7 milliards l'an dernier)
  • Dépenses en éducation : 3,3 milliards (2,945 milliards l'an dernier)
  • 15,8 millions $ aux municipalités rurales, pour mettre en place des installations d'eau et d'égouts sécuritaires et durables
  • 6 millions $ pour des ententes relatives aux services policiers provinciaux et ajout de 27 postes d'agents de police
  • 3,677 millions $ de plus pour lutter contre la criminalité et les gangs
  • 1,015 million $ pour aider la police à repérer des conducteurs sous l'influence de la drogue
  • 58 000 $ supplémentaires pour le Western Manitoba Women's Regional Resource Centre
  • 101 millions $ pour le projet de canaux de déversement du lac Manitoba et du lac Saint-Martin
  • 12,5 millions $ de plus pour le budget pour les infrastructures routières, le faisant passer à 362,5 millions de $
  • 45 millions $ pour des projets de résilience climatique partout dans la province
  • 21,8 millions $ mis en réserve pour l'usine de traitement des eaux usées du nord de Winnipeg, portant le total de la contribution provinciale à 56 millions $
  • 41 millions $ en prêts sans intérêts pour les étudiants de niveau postsecondaire

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Manitoba

Politique provinciale