•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les difficultés des banques alimentaires à l'heure du coronavirus

Des aliments dans une boîte en carton.

Les banques alimentaires redoutent une dimunition des dons à cause de la crise du coronavirus.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La pandémie de COVID-19 a des conséquences sur les banques alimentaires qui viennent en aide aux plus démunis. Les étagères de certaines d'entre elles sont de moins en moins remplies et les dons se font plus rares.

Armande Leclair est la gérante de l'Accueil Kateri, une banque alimentaire de Sainte-Anne, communauté rurale située au sud-est de Winnipeg, au Manitoba.

Elle dit que l'organisme a encore quelques denrées alimentaires, mais plus pour longtemps.

Je dirais que pour les quatre prochains jours de distribution au maximum, on pourra offrir des denrées comme on le fait habituellement. Mais après, on pourrait être moins généreux par rapport à ce qu'on va donner aux clients, souligne-t-elle.

Certaines denrées commencent à manquer. Armande Leclair dit que c'est le cas de la viande. Elle affirme que si la crise se prolonge, la situation pourrait être critique parce que certains donateurs ont réduit leurs dons.

Armande Leclair

Armande Leclair gérante de la banque alimentaire de l'Accueil Kateri, à Sainte-Anne, au Manitoba.

Photo : Radio-Canada

Les grands magasins qui nous fournissaient en viande ne font plus de dons comme auparavant, constate-t-elle.

Elle craint l'impact de la pandémie sur l'économie, avec le risque que le nombre de personnes en situation précaire augmente. Mme Leclair dit en voir déjà les prémisses.

Hier, nous avons eu des personnes qui venaient pour la première fois à la banque. Habituellement, on reçoit 75 personnes, il y en a eu 5 de plus, dont un parent avec deux enfants, affirme-t-elle.

Une explosion du nombre de clients

L'organisme recherche en particulier des dons de céréales, à la veille de l'interruption des classes pour les trois prochaines semaines.

Plusieurs jeunes avaient un programme de petit déjeuner dans leurs écoles. Alors qu'en sera-t-il lorsqu'ils seront à la maison?, se demande Armande Leclair.

Elle dit que la banque recevait aussi certaines denrées de Winnipeg Harvest, qui l'a informée qu'à compter du mois prochain, il ne pourrait plus ravitailler l'Accueil Kateri.

En effet, cette semaine, Winnipeg Harvest, la plus grande banque alimentaire de la province, a dit s'attendre à une pénurie des dons en raison de l'impact de la COVID-19.

Une femme assise devant des étagères.

Winnipeg Harvest, la plus grande banque alimentaire du Manitoba, dit s'attendre à une pénurie des dons.

Photo : CBC

La directrice du service des bénévoles de Winnipeg Harvest, Meghan Pesclovitch, explique que pour les prochaines semaines, la banque aura besoin de denrées non périssables et d'argent, pour répondre à l'augmentation attendue du nombre de personnes qui solliciteront ses services.

La situation est d'autant plus préoccupante que les banques alimentaires ignorent combien de temps pourrait durer la pandémie.

Nos craintes, c'est que les gens deviennent moins généreux et qu'on ne soit plus capable de donner aux clients ce qu'on voudrait leur donner. Notre préoccupation reste les enfants, indique Armande Leclair.

Elle dit que certains familles qui ont recours à l'Accueil Kateri ont jusqu'à sept enfants. Une boîte de céréales ne suffit pas quand tu as 7, même 4 enfants, autour de la table. C'est sûrement inquiétant, note-t-elle.

Selon la gérante de l'Accueil Kateri, si cette situation perdure, la banque pourrait utiliser les dons en argent qu'elle a reçus pour acheter de la nourriture afin de compenser une éventuelle pénurie.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !