•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Comment soutenir votre enfant dans son apprentissage?

deux enfants assis sur les genoux de leurs parents.

Devant la fermeture des écoles, plusieurs parents se trouvent dans une nouvelle situation où ils font l'école à la maison.

Photo : iStock / kate_sept2004

Radio-Canada

En raison de l'état d'urgence sanitaire décrété dans plusieurs provinces, de nombreux parents se retrouvent pour la première fois confinés à la maison avec leurs enfants. Afin de les aider plusieurs à mieux s'y retrouver, Véronique Delmaire, qui fait l'école à la maison depuis près de sept ans, propose ses meilleures astuces.

Pour la mère de Calgary, la façon la plus facile d'aider les enfants à poursuivre leurs apprentissages est d'intégrer ces petits aux routines de la maison. « Ils sentent qu’ils sont impliqués et apprennent sans vraiment le réaliser », dit-elle.

Elle cite en exemple le fait de cuisiner. Pour les tout-petits, c’est l’occasion non seulement d’apprendre à lire, mais aussi de faire quelques exercices de mathématiques, ou encore de parler de chimie.

Écoutez l'entrevue avec Véronique Delmaire au Café show (audio)

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Un enfant en train d'écrire sur une feuille.

Entrevue avec Véronique Delmaire, mère à la maison

Photo : Radio-Canada

« Cela peut aider à nous déstresser. On peut se mettre beaucoup de pression, surtout les parents qui se retrouvent avec les enfants à la maison. Ils se disent: "Oh, mon Dieu! Ils vont manquer des leçons". Mais au fond, les enfants vont apprendre, qu’ils soient à l’école ou pas », affirme-t-elle.

De plus, ajoute Véronique Delmaire, lorsque vous voulez aller plus loin, plusieurs ressources en ligne existent et offrent des livres, des cours ou même des expériences à réaliser.

Véronique Delmaire, qui est mère de trois enfants de 4, 7 et 11 ans, tient à rappeler que chaque enfant apprend différemment, mais aussi que cela peut varier d’une journée à l’autre.

« Il y a des journées plus difficiles, et c’est totalement correct de se dire: "Aujourd’hui, on prend ça relaxe". On n’a rien à précipiter, on respire et on reprend la journée d’après », relativise-t-elle.

Avec les informations de l'émission Le café show

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !