•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une entreprise albertaine se lance dans la course au vaccin contre la COVID-19

Gros plan sur une seringue qui pénètre dans une bouteille dans laquelle se trouve un liquide transparent. La bouteille se trouve dans une main.

De nombreux laboratoires et instituts de santé cherchent un vaccin et un traitement efficaces contre la COVID-19.

Photo : Radio-Canada / Robert Short

La compagnie biotechnologique Entos Pharmaceuticals, à Edmonton, dit être à trois semaines de pouvoir mettre au point un vaccin contre le coronavirus.

Au niveau de la médecine mondiale, nous savons comment fabriquer des vaccins; nous savons comment ils fonctionnent. Maintenant, c’est une course pour en faire un qui soit efficace, explique le président d’Entos Pharmaceuticals et professeur d’oncologie à l’Université de l’Alberta John Lewis.

John Lewis pose en blouse médicale à côté d'un microscope.

John Lewis est le PDG d'Entos Pharmaceuticals et professeur d'oncologie à l'Université de l'Alberta.

Photo : Gracieuseté

L'innovation de cette équipe s'appuie sur la vaccination par injection d’ADN. Les vaccins les plus connus consistent à injecter de faibles doses du virus soit moins virulent, soit inactif.

Dans le cas de la vaccination par ADN, c’est le corps du patient qui fait le travail. Le liquide injecté commande au corps de produire quelques protéines du virus pour encourager une réaction immunitaire.

De cette façon, lorsque vous entrez en contact avec le virus dans son intégralité, votre corps sait déjà reconnaître ce pathogène et peut se bâtir rapidement une défense, détaille M. Lewis.

Collaboration et compétition internationales

Entos Pharmaceuticals explique la rapidité dans la découverte du vaccin par le fait que l’entreprise avait déjà mis au point la plateforme pour transporter la charge virale dans le corps du patient. John Lewis crédite aussi l’immense collaboration au sein de la communauté scientifique.

L’ADN du virus a déjà été séquencé. Les protéines ont déjà été codifiées. Nous pouvons rapidement fabriquer des prototypes de différents types de vaccins, dit le professeur, enthousiaste.

Un immeuble dans une rue bordée d'arbres.

Le centre de recherche d'Entos Pharmaceuticals à Edmonton

Photo : Gracieuseté

De nombreuses entreprises, instituts de santé et universités se sont lancés dans cette course à l’innovation médicale partout dans le monde.

Contrairement au vaccin déjà en cours d’essai clinique – celui de l’entreprise de biotechnologies Moderna –, le vaccin d’Entos Pharmaceuticals devrait inciter à la production de plusieurs protéines du virus. Selon M. Lewis, cela devrait offrir une meilleure protection contre la COVID-19 et d’autres formes de coronavirus qui pourraient apparaître dans l'avenir.

De longs essais cliniques

Comme l’ont prouvé les autres exemples de recherche scientifique en cours, la fabrication du vaccin n’est cependant que la première étape d’une longue marche pour se protéger contre la COVID-19.

Dans le cas d’Entos Pharmaceuticals, si le prototype de vaccin doit être prêt dans trois semaines, l’entreprise de biotechnologie devra ensuite trouver des partenaires institutionnels pour réaliser des essais cliniques.

Les autorités américaines ont estimé pour leur part qu'il faudrait encore de 12 à 18 mois avant qu’un vaccin soit offert, si tout se passe comme prévu.

Tableaux animés montrant 10 faits sur le COVID-19.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Dix faits sur le COVID-19

Photo : Radio-Canada

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Médecine

Science