•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'Université Laval prévoit un fonds d'urgence pour aider ses étudiants

Un pavillon de résidences à l'Université Laval.

Le taux d'occupation des résidences de l'Université Laval est en deçà de 50 % actuellement.

Photo : Radio-Canada / /Cathy Senay

Les 45 000 étudiants de l'Université Laval pourront compter, en dernier recours, sur un fonds d'urgence pour les aider à traverser la crise provoquée par la pandémie de COVID-19.

Plusieurs d’entre vous avez perdu votre emploi au cours des dernières heures. Nous sommes solidaires avec vous, a affirmé la rectrice de l'Université Laval, Sophie D'Amours, lors d'une conférence de presse jeudi matin.

Mme D'Amours a rappelé que plusieurs étudiants travaillaient dans les bars, les restaurants, les hôtels et dans différents services dont la fermeture a été demandée par la santé publique.

Pour leur venir en aide, l'établissement a fait appel à la Fondation de l'Université Laval et au Bureau de l'aide financière aux études.

Nous avons mobilisé nos ressources pour mettre en place un fonds d'urgence. Au besoin, les donateurs de l'Université seront mis à contribution.

Je profite de l'occasion pour faire appel [aux gouvernements] et leur demander de ne pas oublier les étudiants et les étudiantes des cégeps et des universités.

Sophie D'Amours, rectrice de l'Université Laval

Cette aide, dont le montant total n'a pas été précisé, sera toutefois de dernier recours, a prévenu Sophie D'Amours. Les étudiants devront d'abord vérifier s'ils ont accès à des sommes des gouvernements provincial et fédéral, qui ont annoncé des plans d'aide en raison de la pandémie de coronavirus.

Nous allons communiquer prochainement les directives par rapport à ce fonds, a-t-elle ajouté.

La rectrice de l'Université Laval, Sophie D'Amours.

La rectrice de l'Université Laval, Sophie D'Amours

Photo : Radio-Canada / Jean-Simon Fabien

Les résidences se vident

Les cours en classe sont suspendus jusqu'à nouvel ordre, et l'Université Laval avait déjà demandé à sa communauté de limiter au maximum la fréquentation des pavillons.

Seul le personnel dont le travail est requis peut se présenter. Les laboratoires sont accessibles pour mener à bien certains travaux. D'ailleurs, des chercheurs de l'Université Laval sont engagés dans des recherches en lien avec la COVID-19.

Des étudiants vivant dans les résidences doivent également demeurer sur le campus. Cependant, une grande partie de l'espace a été libéré.

Le niveau d’occupation est en deçà de 50 %, donc on a dégagé pas mal d’espace, a précisé la rectrice. L'Université Laval dispose de 50 studios qui permettront un isolement en cas d'infection à la COVID-19. Toutes les décisions relatives au maintien du service des résidences sont prises avec la santé publique.

On ne mettra personne dans la rue.

Sophie D'Amours, rectrice de l'Université Laval

Autant que possible, l'établissement demande aux étudiants de quitter leurs chambres. Pour y arriver, elle permet une résiliation de leur contrat de location sans frais supplémentaires.

Si vous êtes en mesure de rentrer chez vous. Mais on est conscient que c’est un défi humanitaire. Il y a des pays qui ont fermé leurs frontières, à l’entrée et à la sortie, a rappelé la rectrice.

Des mesures correctives sont en place si jamais une éclosion de coronavirus survenait.

Diplomation maintenue

L'Université Laval s'est engagée à transférer l'ensemble de ses cours en classe vers des plateformes en ligne, et ce, dans un délai de deux semaines. Trois quarts des crédits universitaires sont offerts en classe.

Quelques cours pourraient être annulés s'il était impossible de les transférer. Mais ce n'est pas la situation sur le terrain actuellement, a fait savoir la rectrice.

On est des gens de terrain et de solutions. On prend le cas, on trouve des solutions et on aide nos gens, a insisté Mme D'Amours.

L'Université Laval prévoit une mise en ligne de tous les cours d'ici le 30 mars.

La tâche est colossale, admet Sophie D'Amours. Pour y arriver et pour maintenir les services essentiels sur le campus, la direction a conclu des ententes avec les différents syndicats, dont celui des enseignants.

Pour l'instant, l'Université Laval ne prévoit pas retarder la diplomation de ses étudiants.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Éducation