•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des pharmaciens créatifs contre le coronavirus

Une pharmacienne fait la livraison des médicaments à l'auto.

Une pharmacienne fait la livraison des médicaments à l'auto.

Photo : Courtoisie Patrick Ouellet

Des pharmaciens de Québec font preuve de créativité afin de réduire la propagation du coronavirus. Une pharmacie de Beauport, notamment, a lancé vendredi un service à l'auto de livraison de médicaments.

Le propriétaire du Pharmaprix sur le boulevard Raymond incite ses clients à commander leurs médicaments par téléphone ou en ligne. Une fois à la pharmacie, des espaces de stationnement sont réservés pour le service à l'auto.

Des espaces de stationnement de la pharmacie sont réservés pour le service à l'auto.

Des espaces de stationnement de la pharmacie sont réservés pour le service à l'auto.

Photo : Courtoisie Patrick Ouellet

Les clients se stationnent, composent un numéro de téléphone et un employé vient leur livrer leurs médicaments, sans qu'ils aient à sortir de leur voiture.

«Ça répond très bien depuis ce matin. On voit déjà l'utilisation de nos bornes de façon régulière. J'en suis même un peu surpris moi-même. Les gens semblent heureux du principe», affirme le pharmacien Patric Ouellet.

L'entreprise a donné des directives claires à ses employés afin de prévenir la propagation de la COVID-19.

«On a un espace de sortie dédié pour le personnel. Lorsqu'ils vont à la voiture, on leur demande de garder la distance d'un bras. On remet le colis sans toucher au client. Il n'y a pas de paiement à faire, de transaction. Tout est fait à l'avance avec des cartes», explique Patrick Ouellet.

Bientôt implanté ailleurs

Le service à l'auto devrait être implanté dans la deuxième pharmacie de Patrick Ouellet la fin de semaine prochaine. D'autres commerces et pharmacies pourraient aussi emboîter le pas.

«On regarde pour implanter cette façon de faire à d'autres commerces adjacents à ma pharmacie. Beaucoup de collègues pharmaciens m'ont aussi contacté parce qu'ils souhaitent mettre en place la même chose dans les prochaines heures. Des gens de Montréal vont aussi le faire», souligne Patrick Ouellet.

Fini la loterie

Découragé par les aînés qui se rendaient toujours dans son commerce pour acheter des « gratteux » ou des billets de loterie, un pharmacien de Québec a complètement vidé son comptoir et n’offre plus ce genre de produits.

Quand on voit quelqu'un autour de 80 ans arriver en marchette pour faire valider un billet, on se questionne sur qu'est-ce qu'on pourrait bien faire pour essayer de faire comprendre [les directives] à la population, lance le propriétaire du Familiprix situé dans le quartier Montcalm.

« En début de semaine, on constatait que le message ne passait pas, surtout auprès des aînés qui continuaient à se présenter à la pharmacie pour des produits non essentiels comme de la loterie. »

— Une citation de  André Villeneuve, pharmacien propriétaire
Un homme prend une pause au soleil sur un banc de parc des plaines d'Abraham à Québec, lors de la pandémie de coronavirus le 19 mars 2020

Des aînés qui résistent à l'isolement

Photo : Radio-Canada

Selon André Villeneuve, les aînés qui ne suivent pas les consignes ne le font pas par manque d’information, puisque les points de presse des autorités sont largement diffusés depuis le début de la crise.

Je pense que les aînés ont un sentiment de perte d'autonomie en restant à la maison, note le pharmacien. Il faut qu'ils réalisent qu'il y a une grande majorité de la population qui a présentement mis leur vie en pause pour les protéger. C'est important qu’eux aussi comprennent et suivent les directives du gouvernement pour pas que tout ça ne serve pas à rien.

Un comptoir de loterie vide dans une pharmacie.

Le pharmacien André Villeneuve a vidé son comptoir de loterie pour inciter les gens à ne pas se déplacer pour rien.

Photo : Radio-Canada

Loto-Québec demande également aux clients, peu importe leur âge, de ne pas sortir uniquement pour se procurer des billets de loterie et suggère d’utiliser les services en ligne.

Pour protéger ses employés et inciter encore davantage de clients à ne pas se rendre dans sa pharmacie, André Villeneuve a également bonifié son service de livraison gratuite.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !