•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des personnes possiblement exposées au coronavirus lors d'un tournoi à Halifax

Un premier patient est hospitalisé à cause la COVID-19 en Nouvelle-Écosse.

Robert Strang devant des drapeaux de la Nouvelle-Écosse.

Dr Robert Strang, médecin-hygiéniste en chef de la Nouvelle-Écosse, le 19 mars 2020.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La Nouvelle-Écosse annonce deux nouveaux cas d’infection à la COVID-19, la première hospitalisation d’un patient atteint, et avertit d’un risque d’exposition au coronavirus pour des gens d’Halifax.

Notre dossier : La COVID-19 en Atlantique

La province compte maintenant cinq cas confirmés de COVID-19 et neuf cas présumés. Tous les cas sont liés à des voyages hors du pays. L’âge des patients va de la trentaine à plus de 70 ans.

En date de jeudi après-midi, 1373 tests effectués par la province s’étaient avérés négatifs. Selon le Dr Robert Strang, médecin-hygiéniste en chef de la Nouvelle-Écosse, la province espère bientôt pouvoir effectuer jusqu’à 4000 tests par jour.

Le Dr Strang a annoncé jeudi qu’un premier patient atteint de la COVID-19 a été admis à l’hôpital au cours de la nuit précédente. Il s’agit d’un des premiers cas confirmés par la province.

Risque d’exposition au virus dans un tournoi sportif

Les autorités de santé publique ont tenu à informer la population néo-écossaise d’une possible exposition au coronavirus lors d’un tournoi de basketball qui s’est tenu du 5 au 7 mars dans les gymnases de l’Université Saint Mary’s et de l’école secondaire Halifax Grammar School. 

Les personnes pour qui le risque de contagion était élevé ont été identifiées et placées en isolement.

Il peut y avoir d’autres personnes pour qui le risque de contagion est « faible », indiquent les autorités de santé publique, et ces individus doivent être attentifs à l’apparition de symptômes de la COVID-19, comme de la fièvre, une toux sèche ou des difficultés à respirer, d’ici le 21 mars.

Aide financière immédiate et évictions interdites

Le premier ministre de la Nouvelle-Écosse, Stephen McNeil, et la ministre des Services communautaires, Kelly Regan, ont profité du point de presse quotidien pour annoncer l’injection de 2,2 millions de dollars dans le programme provincial d’aide au revenu.

Les bénéficiaires recevront une aide additionnelle minimale de 50 dollars par foyer, et davantage pour ceux qui ont des enfants. Ces montants d’aide d’urgence seront déposés à partir de vendredi, sans que les résidents concernés aient à en faire la demande. La province dit qu’elle aidera ainsi 26 000 familles. 

La Nouvelle-Écosse investit également 1 million de dollars supplémentaires dans les banques alimentaires, et 230 000 dollars de plus dans des programmes existants pour les aînés.

Le premier ministre McNeil a annoncé jeudi qu’il est interdit jusqu’à nouvel ordre d’expulser des locataires qui seraient en difficultés financières à cause du coronavirus.

Stephen McNeil en conférence de presse.

Le premier ministre de la Nouvelle-Écosse, Stephen McNeil, le 19 mars 2020.

Photo : Radio-Canada

D’autres mesures d’aide, conséquentes à l’annonce mercredi d’une aide fédérale de 82 milliards de dollars, seront communiquées dans les prochains jours, a ajouté M. McNeil.

Le premier ministre a par ailleurs exhorté certains étudiants qui se trouvent toujours sur les campus universitaires à retourner dans leur région. J’insiste : si vous êtes un étudiant néo-écossais, nous nous attendons à ce que vous rentriez à la maison, a-t-il dit.  

M. McNeil a aussi demandé aux étudiants qui habitent dans les résidences universitaires et sur les campus de mettre immédiatement fin aux rassemblements et aux fêtes. C’est absolument essentiel, a-t-il martelé.

Le Dr Robert Strang a quant à lui encouragé les citoyens à prendre l’air tant qu’ils gardent leurs distances des autres personnes, mais a recommandé aux parents de cesser d’envoyer jouer leurs enfants en groupe dans les terrains de jeux, en raison des risques sanitaires.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !