•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La frontière « probablement » fermée dans la nuit de vendredi à samedi

Ottawa s'est aussi entendu avec Québec pour que les demandeurs d'asile qui franchissent la frontière en passant par le chemin Roxham soient isolés pour 14 jours dès samedi.

Le premier ministre regarde droit devant lui.

Le premier ministre Justin Trudeau répond aux questions des journalistes.

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

La fermeture de la frontière avec les États-Unis à tout déplacement non essentiel entrera « probablement » en vigueur dans la nuit de vendredi à samedi, a indiqué Justin Trudeau.

Cette mesure sans précédent a été annoncée mercredi, mais Ottawa travaille toujours à finaliser les détails avec les Américains, a précisé le premier ministre canadien en conférence de presse.

Ces discussions sont menées par le ministre de la Sécurité publique, Bill Blair, a précisé la vice-première ministre, Chrystia Freeland, dans un point de presse subséquent.

Mme Freeland a aussi annoncé que les demandeurs d'asile qui franchissent la frontière, notamment en passant de manière irrégulière par le chemin Roxham, près du poste frontalier de Lacolle, seront placés en isolement dès vendredi.

Cette décision a été prise au terme d'une conversation avec la ministre québécoise responsable des Relations canadiennes, Sonia LeBel, et d'une autre réunissant tous les premiers ministres provinciaux.

Nous nous sommes entendus pour loger temporairement, à partir de demain, tous les demandeurs d’asile, afin d’assurer qu’ils soient tous isolés pendant 14 jours, comme toute autre personne.

Chrystia Freeland, vice-première ministre du Canada

Mme Freeland n'a pas précisé où exactement ces demandeurs d'asile seront logés.

Rapatrier les Canadiens coincés à l'étranger

M. Trudeau, Mme Freeland et le ministre des Affaires étrangères, François-Philippe Champagne, ont par ailleurs tous assuré que le gouvernement est à pied d'oeuvre pour venir en aide aux Canadiens coincés à l'étranger.

Quelques dizaines de milliers de citoyens sont dans cette situation, a estimé le ministre Champagne en entrevue à Radio-Canada.

Je veux rassurer les gens, ça fait partie des premières priorités, il y a des solutions qui s’en viennent.

François-Philippe Champagne, ministre des Affaires étrangères du Canada

La ministre Freeland a pour sa part indiqué que le ministre Champagne va présenter un plan à cette fin jeudi après-midi aux membres du comité spécial sur le coronavirus que le gouvernement a créé au début du mois.

Je veux souligner que c’est un effort consulaire sans pareil, c’est un très très grand effort, a-t-elle dit, sans s'avancer davantage.

Rapatrier des Canadiens pris dans des pays qui ont fermé leurs frontières, comme c'est maintenant le cas dans plusieurs pays d'Europe, s'annonce particulièrement difficile, a-t-elle convenu.

La vice-première ministre a souligné que le Canada n'entend pas faire de distinction entre les Canadiens qui sont partis bien avant que la crise n'éclate et ceux qui sont partis plus récemment malgré les avis contraires d'Ottawa.

M. Trudeau a fait savoir pour sa part qu'il a eu des discussions à ce sujet mercredi avec les dirigeants d'Air Canada et de WestJet. Il n'a donné aucun détail sur ce qui en est ressorti.

Il a aussi discuté de la situation avec le président ukrainien Volodymyr Zelensky jeudi matin et doit faire de même avec le premier ministre suédois Stefan Löfven en après-midi.

Grâce à la collaboration des fournisseurs de services téléphoniques, tous les Canadiens qui sont inscrits auprès du gouvernement du Canada ont déjà reçu un message texte pour les tenir au courant de la situation, a-t-il précisé.

M. Trudeau a par ailleurs réitéré qu'il n'exclut pas de recourir à la Loi sur les mesures d'urgence et la Loi sur la production de défense pour lutter contre la COVID-19.

La première loi permettrait de restreindre de façon plus draconienne la liberté de mouvement des citoyens, tandis que la seconde permettrait de recourir à l'armée pour produire du matériel nécessaire pour le système de santé.

Le premier ministre a aussi profité de son point de presse désormais quotidien sur la COVID-19 pour inviter les Canadiens à donner du sang.

Des signes de transmission communautaire

Les docteurs Tam et Njoo et la ministre Hajdu en conférence de presse.

La Dre Theresa Tam, administratrice en chef de la santé publique du Canada, entourée du Dr Howard Njoo et de la ministre de la Santé du Canada, Patty Hajdu.

Photo : La Presse canadienne / Justin Tang

L'administratrice en chef de la santé publique du Canada, la Dre Theresa Tam, a pour sa part admis que la rapidité de la propagation du coronavirus inquiète toujours les autorités.

Ce qui nous inquiète, c’est l’augmentation marquée, jour après jour, du nombre de cas au total, et du nombre de nouveau cas signalés par les provinces, a-t-elle dit.

Ces signes de transmission communautaire sont le point de mire des enquêtes de santé publique et des efforts visant à ralentir et à interrompre la propagation du virus.

Dre Theresa Tam, administratrice en chef de la santé publique du Canada

Jeudi après-midi, le Canada comptait 801 cas confirmés ou probables de la COVID-19. Dix personnes y ont succombé, et 11 sont considérées guéries.

L'Ontario, la Colombie-Britannique, l'Alberta et le Québec sont, dans l'ordre, les provinces qui comptent le plus de personnes infectées.

La Dre Tam a rappelé que les résultats des tests de dépistages qui sont dévoilés aujourd'hui sont un reflet de la situation qui avait cours il y a environ deux semaines, puisqu'il faut un certain temps pour que la maladie apparaisse et soit dépistée.

Selon elle, les deux prochaines semaines sont cruciales dans les efforts pour aplanir la courbe de croissance de la COVID-19 et constater l’effet des mesures de distanciation sociales.

Gif expliquant les symptômes du COVID-19Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Connaissez-vous les symptômes du coronavirus?

Photo : Radio-Canada

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !