•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Archives

L’opération Tocsin au temps de la guerre froide

Un homme écoute, inquiet, son poste de radio transistor.

L'opération Tocsin, une simulation d'attaque nucléaire, a eu lieu à Montréal en 1960.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Saviez-vous qu’une simulation d’attaque nucléaire a déjà été conduite à Montréal? Dans les années 60, la crainte de cette éventualité gagne le Canada. Sur des images de l’exercice Tocsin, Radio-Canada diffuse en collaboration avec l'Organisation des mesures d'urgence du Canada (OMU) une émission qui vise à bien préparer les Canadiens.

Montréal, la métropole du Canada, une ville cosmopolite de deux millions d'habitants, située à l'embouchure de la Voie maritime du Saint-Laurent. Comme toute autre ville du Canada, Montréal peut être le point de chute d'une bombe en cas de guerre nucléaire.

Une citation de :L'animateur Paul Dupuis

C’est ainsi que l’animateur Paul Dupuis introduit le documentaire Mesures d’urgence diffusé dans le cadre de l’émission Premier Plan du 13 novembre 1961.

Mesures d'urgence, 13 novembre 1961

L’émission vise à sensibiliser la population canadienne aux dangers d'une bombe nucléaire.

On y voit des images de l'opération Tocsin, une simulation d'attaque nucléaire qui s’est déroulée à Montréal en 1960.

À son pupitre, l’animateur Paul Dupuis explique sur un ton dramatique comment une famille type doit se comporter et arranger sa survie.

Bien sûr, il s'agit d'un exercice, mais conscients de leurs responsabilités, le père et la mère de famille vont organiser leur séjour dans l'abri. Tout se passe dans l'ordre, sans affolement. Chacun se dit en lui-même : il faut obéir, car si demain c'était vrai...

Une citation de :L'animateur Paul Dupuis

Cet extrait remanié de l’émission montre également comment s’organisent les services d’urgences d’une ville et comment fonctionnent les organismes chargés de la défense nationale.

L’OMU — qui est à l’origine de ce document de propagande — est un organisme de prévention financé par le ministère de la Défense nationale.

En dévoilant l’ensemble des actions à exécuter en cas d’attaque nucléaire, l’organisme souhaite encourager les Canadiens à prendre les moyens qu'il faut pour se protéger.

Nous vous rappelons que c'est un exercice, souligne l’animateur en cours de route. Notre seul but est de vous rendre conscient du danger d'une attaque nucléaire et de la nécessité de votre collaboration avec la défense civile.

Mesures d'urgence, 13 novembre 1961

Dans ce second extrait remanié de l’émission Mesures d’urgence du 13 novembre 1961, on voit la famille montréalaise de l’exercice Tocsin bien installée dans son abri nucléaire.

Une famille bien équipée qui doit pouvoir pratiquer le secourisme et qui aura de surcroît pensé à s’occuper durant la longue attente qui peut suivre.

« Ceux qui auront pu voir à leurs loisirs pourront vivre dans leur abri d'une manière calme et d'une manière détendue », mentionne l’animateur Paul Dupuis.

Un récepteur radio est aussi un article essentiel à apporter avec soi.

C’est d’ailleurs Radio-Canada qui est chargée de lancer l’alerte sur tout le réseau canadien.

À travers des bulletins de nouvelles, des avis et des communiqués, la radio publique doit tenir la population informée des derniers développements de l’attaque et des dispositions à prendre.

Lors de l’opération Tocsin, un message radio informe les Canadiens après quelque temps qu’ils peuvent sortir pendant un quart d’heure sans être dangereusement atteints par la radioactivité.

Le père de famille pourra rapidement se rendre au centre d'urgence de la région qu'il habite. Grâce à sa prévoyance, il a assuré sa survie et celle de sa famille, souligne l’animateur Paul Dupuis en finale de cet extrait du 13 novembre 1961.

Encore plus de nos archives

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.