•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des distilleries de Calgary passent du whisky au désinfectant pour les mains

Jordan Ramey, à gauche, Marko Ramey et Ivan Cilic posent derrière un comptoir sur lequel trônent des bouteilles d'alcool de leur distillerie.

Les dirigeants de la brasserie Burwood, à Calgary, ont décidé de produire du gel désinfectant pour répondre à l'explosion de la demande en raison de l'épidémie de COVID-19.

Photo : Julie Van Rosendaal

Radio-Canada

Des distilleries de Calgary se tournent vers la fabrication de gel désinfectant pour donner un coup de main aux gens pendant la pandémie qui a fait exploser la demande pour les produits d'hygiène.

La distillerie Skunkwork, située dans le sud-est de la ville, a commencé à distribuer des bouteilles à tous ceux qui viennent en chercher.

Nous en produisons depuis le week-end dernier, dit Faye Warrington, qui remarque aussi que c'est un formidable moyen d'utiliser les alcools qui ne sont pas assez bons pour être vendus sous forme de boisson.

Le responsable de la production à la brasserie Burwood, Jordan Ramey, assure qu'il pourrait fabriquer des milliers de bouteilles, dès qu'il aura reçu l'approbation des autorités fédérales.

Il envisage d'en vendre sur place et d'en donner à ceux qui en auraient besoin. Jordan Ramey veut améliorer l'éthanol sorti de ses alambics avec du gel à l'aloès et de la gomme de xanthane, pour protéger les mains des utilisateurs.

Si on donne aux gens de l'éthanol pur et qu'ils se désinfectent tout le temps les mains avec ça, c'est sûr que ça sera efficace, mais ça assèche la peau très rapidement, et ils auront des gerçures.

Jordan Ramey, responsable de la production à la distillerie Burwood

Jordan Ramey ajoute que ce ne serait pas une bonne idée de distribuer de l'alcool presque pur, que certains pourraient être tentés de boire.

Nouveau marché

La brasserie Annex Ale se tourne elle aussi vers le gel désinfectant en espérant que l'explosion de la demande puisse compenser les ventes en chute libre de ses bières.

Je ne savais pas comment j'allais maintenir l'entreprise en vie, ou comment j'allais faire pour payer les employés.

Andrew Bullied, fondateur de la brasserie Annex Ale

Annex Ale envoie son moût fermenté à deux distilleries, qui en font de l'éthanol dans leurs alambics.

La brasserie s'est entendue avec une chaîne de supermarchés pour la vente de son gel désinfectant. Le produit sera distribué sous forme de canettes qui serviront à remplir les bouteilles en plastique des clients.

Andrew Bullied voudrait fournir une partie de ses produits aux banques alimentaires et aux refuges pour sans-abri. Il réfléchit aussi à l'idée de dévoiler sa recette à ceux qui voudraient suivre son exemple.

Le savon reste meilleur

C'est une façon d'aider la communauté qui nous a soutenus, résume Jordan Ramey, non sans rappeler que le lavage des mains à l'eau et au savon reste la meilleure stratégie pour combattre le nouveau coronavirus.

D'après les informations de Drew Anderson

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Économie

Santé