•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des distillateurs maintenant producteurs de désinfectants pour les mains

Des travailleurs de la distillerie Steinhart.

La distillerie Steinhart, dans le comté d'Antigonish (N.-É.), utilise ses installations pour produire du désinfectant pour les mains pendant la pandémie COVID-19.

Photo : Thomas Steinhart

Radio-Canada

Alors que le désinfectant pour les mains se fait de plus en plas rare dans les épiceries et pharmacies du pays en raison de la pandémie de la COVID-19, des distilleries de la Nouvelle-Écosse saisissent l'occasion d'apporter leur aide en préparant leur propre produit.

Les impacts des mesures d'isolement et de distanciation sociale recommandées par la province inqiétaient Thomas Steinhart, propriétaire de la distillerie Steinhart à Antigonish. Il avait peur que ses ventes en subissent les conséquences.

Afin de s'assurer une entrée de revenus, il a décidé de s'aventurer dans un nouveau projet.

La transition de la fabrication d'alcool à celle de désinfectant pour les mains a été folle, dit-il, et le téléphone n'a pas encore cessé de sonner tellement la demande est élevée.

Nous avons complètement cessé de distiller quoi que ce soit [d'autre].

Thomas Steinhart, propriétaire de la distillerie Steinhart

M. Steinhart dit qu'il a même été forcé de limiter la quantité vendue tellement les gens s’arrachaient le produit.

Thomas Steinhart tient une bouteille de désinfectant pour les mains.

Thomas Steinhart, propriétaire de la distillerie Steinhart à Antigonish (N.-É.), tient une bouteille de désinfectant pour les mains.

Photo : Thomas Steinhart

Comment y arrive-t-il ? Pour fabriquer le désinfectant pour les mains, M. Steinhart et son équipe mélangent de l'alcool avec de l'huile d'olive ou de noix de coco pour garder la peau douce, puis ajoutent des huiles essentielles.

Le produit est ensuite transféré dans des bouteilles de 100 et 200 ml et vendues à 15 dollars chacune.

Il ajoute que le mélange est maintenu à plus de 70 % d'éthanol afin de tuer les virus. Selon les centres américains de contrôle des maladies, les désinfectants doivent contenir entre 60 et 90 % d'alcool pour être efficaces contre les virus.

Par ailleurs, une partie des profits est versée à la banque alimentaire locale, précise M. Steinhart.

Une distillerie d’Halifax emboîte le pas

La distillerie Compass à Halifax a aussi commencé à produire des désinfectants pour les mains qu’elle distribue gratuitement.

Selon le distillateur Alex Wrathell, il était logique de commencer à en produire étant donné qu'il y a beaucoup de pénuries ici dans la province.

Nous sommes un producteur de spiritueux et nous produisons de la vodka pour fabriquer notre propre gin ici, sur place. La vodka est distillée à 95 % d'éthanol, et l'éthanol à haute teneur est l'un des principaux ingrédients du désinfectant pour les mains, a déclaré M. Wrathell à CBC.

Afin de s'assurer de l'efficacité du produit, la distillerie suit les directives de l'Organisation mondiale de la santé pour la production locale de désinfectant.

Alex Wrathell se tient debout dans les installations de la distillerie.

Alex Wrathell, distillateur à la distillerie Compass à Halifax, fabrique désormais du désinfectant pour les mains au lieu de l'alcool.

Photo :  CBC / Rob Short

Renae Perry, également un employé de la distillerie Compass, a déclaré qu'une liste de diffusion par courriel a été créée pour faciliter la distribution du désinfectant dans la communauté.

Les gens peuvent également le demander via leur page Facebook, mentionne-t-elle.

Nous accordons la plus grande priorité aux personnes qui travaillent dans le secteur de la santé, aux organisations à but non lucratif qui en font la demande et aux personnes les plus à risque, a déclaré Mme Perry.

Selon elle, toutes les distilleries de la province devraient intensifier leur production de désinfectant pour les mains. Elle y voit une occasion de rendre l'utile à l'agréable, mais surtout, de faire sa part en cette période de crise.

C'est une occasion pour nous tous d'aider notre communauté, croit Mme Perry.

D'après les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !