•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les snowbirds québécois prennent le chemin du retour

Un homme et une femme sont assis sur des chaises à la plage.

Les gouvernements fédéral et québécois ont demandé aux citoyens de revenir chez eux (archives).

Photo : AP / The Miami Herald/Marsha Halper

Radio-Canada

Les autorités multiplient les appels aux Canadiens à l’étranger pour les sommer de rentrer au pays. Le message semble avoir été entendu par beaucoup de Québécois qui passent l'hiver en Floride et qui sont maintenant nombreux à avoir pris le chemin du retour.

C'est le cas des Trifluviens Marie-France et Jacques Létourneau qui ont passé l’hiver à Hallandale Beach en Floride. Mercredi soir, après une vingtaine d’heures de route en deux jours, le couple a traversé la frontière canadienne.

L’invitation de rentrer au pays qu’a lancée le premier ministre du Québec François Legault aux Québécois à l’étranger les a convaincus de quitter la chaleur plus tôt que prévu.

Un couple assis dans une voiture.

Marie-France et Jacques Létourneau, de Trois-Rivières, ont accordé une entrevue au Téléjournal Mauricie-Centre-du-Québec sur leur chemin du retour de la Floride.

Photo : Radio-Canada

Nous avons 70 ans, alors pour prendre soin de nous, on a décidé de revenir chez nous, a expliqué Marie-France Létourneau en entrevue depuis sa voiture au Téléjournal Mauricie-Centre-du-Québec.

Le couple ne voulait pas tomber malade aux États-Unis. Nos assurances nous ont même avisés que nous étions mieux de partir, a ajouté Jacques Létourneau.

Plusieurs Québécois choisissent de rester en Floride

Les deux Trifluviens ont vu bon nombre de voitures immatriculées au Québec ou en Ontario sur les routes américaines en direction nord.

Là où ils logeaient en Floride cependant, la majorité des résidents québécois ne voulaient pas rentrer au bercail. Ceux qui n’ont pas la télévision en français là-bas, je pense qu’ils ne sentent pas la panique, a soulevé Jacques Létourneau. À la télévision américaine, il n’en est pas tellement question et on sent que ce n’est pas si grave que ça.

Au poste frontalier de Cornwall, on leur a remis un formulaire et on les a invités à demeurer chez eux 14 jours à leur arrivée. Ce que Marie-France et Jacques Létourneau comptent faire. C’est certain! On suit les consignes. On prend soin de nous et on prend soin des autres aussi en faisant ça.

Gif sur les conseils à suivre lorsqu'on est en quarantaine.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Que faire si on est en quarantaine?

Photo : Radio-Canada

« On a décidé de plier bagage »

Même son de cloche chez Claude Durand, une résidente de Trois-Rivières actuellement en Floride pour l’hiver et qui a décidé de prendre le chemin du retour cette semaine. Il reste quelques vérifications mécaniques à faire sur notre motorisé; on part vendredi, a-t-elle dit au micro de 360 PM.

Les points de presse du premier ministre Legault et de son équipe l’ont convaincu de plier bagage. Leur communication extrêmement claire, ça nous a fait comprendre l’urgence d’agir et la mesure du risque, souligne-t-elle.

Ce sentiment d’urgence n’était pas très présent jusqu’il y a quelques jours aux États-Unis, selon elle. Mais depuis quelques jours, elle se ressent dans les magasins : il n’y a plus de papier de toilette, de mouchoirs ou de désinfectant là non plus. Même au niveau de la nourriture, on a vu des scènes de panique, des gens qui veulent stocker, rapporte Mme Durand.

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Mauricie et Centre du Québec

Tourisme