•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Coronavirus : une centaine d’employés du REM refusent de travailler

Des ouvriers travaillent sur le chantier de la Rive-Sud du REM.

Le chantier de la Rive-Sud du REM

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Radio-Canada

Des travailleurs au chantier du REM ont exercé mercredi leur droit de refus au travail en raison d'une trop grande proximité entre les ouvriers. En pleine crise de la COVID-19, les syndicats de l’industrie de la construction appellent les employeurs à se conformer aux règles sanitaires. Il en va de la sécurité des personnes, plaident-ils.

Afin de ralentir la propagation de la pandémie, le gouvernement du Québec a instauré des mesures draconiennes, notamment le respect d’une distance sociale d’un mètre entre les personnes, que ce soit dans les lieux publics ou au travail.

Or, environ 150 travailleurs du projet de métro léger qui emploie près de 900 ouvriers estiment que les conditions sanitaires ne sont pas réunies dans leur chantier.

Dans un courriel transmis à Radio-Canada, la gestionnaire aux communications pour NouvLR, Véronique Richard, s’est défendue en détaillant les mesures de sécurité comme la sensibilisation des travailleurs aux bonnes pratiques d’hygiène ou l’augmentation du nettoyage des toilettes et des roulottes sur tous les chantiers.

« Nous demandons la collaboration de tous les travailleurs afin de continuer à travailler de façon sécuritaire, à respecter les bonnes pratiques sur nos chantiers et à agir collectivement pour prévenir la propagation de la maladie », a indiqué Véronique Richard.

Les syndicats montent au front

Parallèlement à ce droit de refus qui a été exercé mardi, les deux principales organisations syndicales de la construction ont écrit au premier ministre François Legault pour lui demander de fermer temporairement les chantiers de construction de la province.

Dans leur lettre conjointe, la FTQ-Construction et le Conseil provincial du Québec des métiers de la construction (International) lui demandent d'agir immédiatement pour la santé et la sécurité des travailleurs.

Ils affirment dans leur lettre que les mesures d'hygiène recommandées pour contrer la propagation du virus ne sont pas appliquées sur les chantiers de construction, ce qui rend les ouvriers vulnérables.

La FTQ-Construction et l'Inter représentent ensemble plus des deux tiers des 175 000 ouvriers de la construction au Québec.

Au cours des derniers jours, la FTQ-Construction et l'Inter ont déploré notamment l'absence d'eau et de savon pour se laver les mains dans bien des chantiers, de même que l'absence de toilette avec eau courante, en particulier dans les chantiers de moindre envergure.

Les syndicats ont aussi dénoncé la trop grande proximité des travailleurs dans certains lieux, ceux-ci étant incapables de respecter la distance d'un mètre qui est conseillée. De plus, ils doivent parfois partager leurs outils.

Les deux organisations demandent donc au premier ministre de suspendre temporairement les activités dans les chantiers de construction, de manière à établir et à implanter les normes sanitaires et de santé et sécurité au travail nécessaires pour protéger les travailleurs du coronavirus.

Des exceptions pourront être prévues pour les chantiers reliés aux services essentiels, où des mesures exceptionnelles auront été implantées, en collaboration avec les intervenants et avec une surveillance accrue de la part des autorités pour s'assurer d'un respect rigoureux des normes sanitaires, écrivent-ils également dans un communiqué.

Encore récemment, le premier ministre Legault disait estimer que les chantiers peuvent continuer, puisqu'il n'y a pas de rassemblement de nombreux travailleurs dans des endroits confinés. Il se disait toutefois prêt à revoir les consignes, le cas échéant, au cours des jours suivants.

La FTQ-Construction et l'Inter demandent aux autorités sanitaires et au comité mis en place par la Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail de recommander des normes claires et uniques pour tous, ainsi que des moyens sévères pour les faire respecter.

Dix faits sur la COVID-19.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Dix faits sur la COVID-19

Photo : Radio-Canada

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !