•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Coronavirus : la solidarité pour veiller sur les plus vulnérables

Un homme reçoit de la sauce à spaghetti maison sur le balcon de sa résidence.

Les gestes de solidarité pour protéger les plus vulnérables se multiplient à travers le Québec, comme de partager de la bonne bouffe maison.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Radio-Canada

En cette période de crise du coronavirus, où les gens sont appelés à rester chez eux pour lutter contre la propagation de la COVID-19, des travailleurs communautaires s'assurent que les plus vulnérables, dont les personnes âgées, ne sont pas abandonnés à leur sort.

C’est le cas d’une popote roulante dans l’est de Montréal, l’une des dernières encore ouvertes. Elle nourrit habituellement une cinquantaine de personnes, pour la plupart d'un âge avancé, que la crise risque d'isoler plus que jamais.

À partir de demain, on va éviter d'aller trop souvent chez les gens. On va leur livrer des congelés, confie l'une des bénévoles.

Pour être certains que personne ne manque de rien, les cuisiniers ont préparé des dizaines de repas congelés qui seront livrés directement aux bénéficiaires.

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Une bénévole livre de la nourriture à une personne âgée.

Coronavirus : entraide et solidarité communautaire

Photo : Radio-Canada

Pour les livreurs, le mot d'ordre est clair : aucun contact physique avec les clients.

M. Gatineau est bien content que l’on frappe à sa porte.

Je ne sors pas, mais je suis à la veille de manquer d'argent par exemple. J'ai juste 90 ans, dit-il.

Ce genre de service communautaire est le dernier rempart pour que les plus vulnérables ne soient pas coupés du monde.

Pour veiller à ce que les aînés ne manquent de rien, Julie-Anne Fortin, directrice générale de l'organisme Les Accordailles, multiplie les appels au téléphone.

Consultez notre dossier en ligne sur la COVID-19 : Tout sur la pandémie

L'organisme assure actuellement un service pour faire des courses, préparer et livrer l’épicerie chez les gens qui ne peuvent sortir de la maison.

En raison de la crise, les organismes communautaires ont perdu beaucoup de bénévoles.

Les personnes aînées constituent la majorité de nos bénévoles […] les organismes se retrouvent sans ressources.

Maryse Bisson, coordonnatrice, Coalition pour le maintien dans la communauté

Mais dans la communauté, de plus en plus de gens proposent leur aide.

Arianne Marchand a lancé sur Facebook un groupe d'entraide auquel ont répondu plus de 1000 personnes.

Les gens ont envie d'aider, ils sont enthousiastes, ils ont envie de sentir qu’ils font partie d’une communauté et de sentir la solidarité autour d’eux, ajoute Mme Marchand.

Cette initiative a permis à Julie-Anne Fortin de recruter 10 nouveaux bénévoles en moins de 24 heures.

Il s'est créé un esprit collectif, les gens veulent aider, on est contents.

Julie-Anne Fortin, directrice générale, Les Accordailles

Un élan de solidarité né d'une crise, dont on ne connaît pas encore la durée.

D'après le reportage de Vincent Maisonneuve

Gif expliquant les symptômes du COVID-19Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Connaissez-vous les symptômes du coronavirus?

Photo : Radio-Canada

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !