•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fermeture des chantiers à prévoir?

un batiment.

Des projets, comme le nouveau colisée de Trois-Rivières, pourraient être retardés en raison de la COVID-19.

Photo : Radio-Canada

Jonathan Roberge

Certains ouvriers se disent inquiets de la possible contamination par le partage d'outils. D’autres, équipés de gants, veulent au contraire à tout prix poursuivre le travail et espèrent que Québec ne forcera pas l’arrêt des chantiers.

C’est que plusieurs entrepreneurs ont commencé la construction de maisons neuves et doivent en livrer une impressionnante quantité d’ici le 1er juillet.

On veut continuer de travailler.

Paul Dargis, copropriétaire des Habitations Paul Dargis

Ces clients, à qui nous allons livrer les maisons, sont bien souvent déjà propriétaires d’une maison qui a été vendue. C’est une roue qui tourne. Si on est en retard pour la construction, au bout de la ligne, quelqu’un va se retrouver sans logis pendant quelques semaines si on nous oblige à arrêter, explique Paul Dargis, des Habitations Paul Dargis.

Sur le chantier, ses employés portent tous des gants. Si le temps s’adoucit, ils troqueront la laine pour les gants de cuirs.

Nous sommes bien protégés. Tous les gars sur le chantier veulent bien continuer de travailler. On a une bonne distance, on travaille à l’extérieur. On n’est pas inquiet en ce moment.

Paul Dargis, copropriétaire des Habitations Paul Dargis

Annulation de contrats

L’incertitude économique frappe déjà. Ceux qui s’inquiètent pour leur source de revenus appellent depuis quelques jours pour connaître les modalités d’une résiliation de contrat.

La fonte des neiges approche et pour nous, c’est normalement la grosse période pour l’excavation et le drainage. Depuis trois jours, il y a des clients craintifs qui veulent annuler leur contrat et repousser leur construction, raconte l’entrepreneur Éric Horion.

Chez construction RML, on a dû retarder un important contrat où les employés auraient dû entrer dans une centaine de logements occupés par des personnes âgées. Pas question de risquer de les contaminer ni de mettre ses employés à risque.

Des équipes réduites... et unies

D’autres entreprises, comme les Habitations Paris, ont plusieurs chantiers en parallèle. La gestion des ressources humaines est devenue essentielle pour éviter une contagion de masse.

Nous avons formé des équipes de travail sur chaque chantier et ces équipes restent ensemble. On n’en déplace pas un d’une équipe à l’autre selon les besoins. Comme ça, le même groupe travaillera toujours ensemble. Si par malheur il y a contamination sur une de nos équipes, ce ne sera pas toute l’entreprise qui en sera affectée et on pourra continuer nos autres chantiers. C’est un bon casse-tête, reconnaît le copropriétaire David Paris.

Des conséquences, il y en aura également pour les installations publiques.

Le maire de Trois-Rivières, Jean Lamarche, confirme que des travailleurs sont en isolement et que de l’équipement et du matériel provenant de pays étrangers seront plus difficiles à obtenir. Par conséquent, il y aura encore plus de retard sur la livraison du nouveau colisée.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Mauricie et Centre du Québec

Industrie de la construction