•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Ville de Vancouver déclare l'état d'urgence pour s'attaquer à la COVID-19

Un homme au téléphone, dans un bureau.

Le maire de Vancouver Kennedy Stewart déclare l'état d'urgence en même temps que la province de la Colombie-Britannique.

Photo : Radio-Canada / Yvette Brend

Radio-Canada

Une rencontre virtuelle du conseil municipal est prévue jeudi pour officialiser cette déclaration, a annoncé le maire de Vancouver, Kennedy Stewart, mercredi.

L'état d'urgence donne de plus grands pouvoirs à la Ville, comme celui d'obliger les restaurants à servir uniquement des plats à emporter.

Cela permettra aussi à la Ville de surveiller les épiceries pour empêcher les gens d'acheter des réserves en grande quantité.

Nous vivons des temps extraordinaires qui demandent des mesures et des actions rapides et extraordinaires, explique le maire Stewart, en point de presse.

La Municipalité aura davantage de pouvoirs pour déployer des forces de l’ordre.

Kennedy Stewart réitère l’importance de suivre les recommandations de la médecin hygiéniste en chef de la province.

Gardez vos distances, environ un ou deux mètres des personnes avec qui vous interagissez, rappelle-t-il.

Défiance à l'égard des ordonnances de santé publique

Kennedy Stewart suggère qu’une des raisons ayant motivé la déclaration d'état d’urgence de la Ville est la défiance de certains durant la Saint-Patrick à l'égard d'une ordonnance qui demandait à tous les restaurants et les bars de fermer leurs portes.

Ça ne peut pas continuer comme ça. C’est pourquoi nous avons dû prendre des mesures plus importantes. J’ai peur que certaines personnes ne prennent pas encore la situation au sérieux.

Une citation de :Kennedy Stewart, maire de Vancouver

Selon la Charte de Vancouver, la province peut donner des pouvoirs additionnels en matière de gestion et de disposition des propriétés et des avoirs de la Ville.

L’étendue de ces pouvoirs est encore en révision pour estimer leur légalité, explique le maire.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !