•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Préserver les personnes âgées du virus, mais aussi de l’isolement

Yves Desjardins, PDG du Rassemblement québécois des résidences pour aînés.

Yves Desjardins, PDG du Rassemblement québécois des résidences pour aînés

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Québec a annoncé samedi l’interdiction de toutes les visites dans les CHSLD, les hôpitaux et les résidences pour personnes âgées afin de mieux protéger les aînés du coronavirus. Le point sur la situation avec Yves Desjardins, PDG du Rassemblement québécois des résidences pour aînés.

Radio-Canada : Quelle a été la réaction à cette interdiction?

Yves Desjardins : Au début, ça a été très difficile. Il y avait des gens qui ne voulaient ou ne pouvaient pas se conformer. Mais plus le temps avance, et avec l’information qu’on reçoit par les médias, la population est à même de constater la gravité de la situation.

Maintenant, la vie quotidienne s’organise de mieux en mieux. Beaucoup de résidences ont mis à la disposition des aînés des tablettes ou d’autres moyens pour communiquer avec les familles. Il faut les réconforter.

Pour nous, ça défait notre quotidien, mais pour les aînés, il y en a qui n’ont déjà pas beaucoup de visites, alors si on les coupe…

R-C : Est-ce qu’il y a des gens qui dépriment?

YD : Je n’ai pas ce son de cloche là. Il y a beaucoup d'inquiétude et du stress, mais les résidences me disent que tout le personnel a été rencontré. On leur a demandé de demeurer calmes, parce que si le personnel s'affole, ça va automatiquement dégénérer sur les résidents. Il faut calmer les gens et leur expliquer la situation.

Il y a des activités qui s’organisent, on essaie de faire bouger les aînés. Déjà qu’ils sont isolés, on ne veut pas les isoler encore plus.

On s’affaire à organiser des activités et à rendre la vie un peu plus joyeuse.

R-C : Comment s’organise-t-on avec la règle interdisant les rassemblements de plus de 50 personnes?

YD : C’est certain que dans les plus grandes résidences cela pose problème.

Il y a des résidences qui ont jusqu’à 1000 résidents. Ça prend toute une gestion au niveau des repas pour ne pas avoir trop de monde à la même heure, donc on a étalé les périodes de repas.

On a également distancé les gens. Il y en a qui ont pris des mesures pour qu’il n’y ait pas plus de deux personnes par table. Tout ça s’organise.

Pour les activités, on fait des activités en petits groupes, des jeux de cartes et autres.

C’est bien apprécié.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Santé physique et mentale

Société