•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Béton préfabriqué du Lac blâmé par la CNESST pour un accident mortel

Des policiers de la Sûreté du Québec chez Béton préfabriqué du Lac.

Le tragique accident a eu lieu le 6 septembre 2019.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Coulombe

La Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité au travail (CNESST) blâme directement l’entreprise Béton préfabriqué du Lac pour la mort d’un journalier de 17 ans le 6 septembre dernier à Alma.

Les conclusions de l’enquête qui viennent d’être dévoilées stipulent que des méthodes de travail déficientes et dangereuses sont à l’origine de cet accident de travail mortel.

L’employé s’affairait alors à appliquer une membrane d’étanchéité sur un grand panneau de béton pesant plus de 3000 kg. La pièce était maintenue debout grâce à deux tiges d’acier. Lorsque le jeune travailleur a retiré l’une d’elles pour terminer sa tâche, le panneau a basculé et l’a écrasé mortellement.

En réalisant sa tâche, il a constaté qu'il ne pouvait la faire parce qu'une des tiges nuisait à son travail, qui l'empêchait d'étendre la membrane d'étanchéité. Donc la tige a été retirée et par la suite le panneau a basculé soudainement, écrasant le travailleur.

Une citation de :David Blouin, porte-parole régional de la CNESST

Le jeune ne travaillait dans l’entreprise que depuis deux semaines. Au moment de la tragédie, il était accompagné d’un travailleur plus expérimenté. Il était en compagnonnage et n'a fait qu'appliquer la méthode de travail de ses collègues expérimentés.

Les deux travailleurs qui étaient sur place sont tous les deux arrivés à la conclusion que la tige devait être enlevée pour terminer le travail.

Une citation de :David Blouin, porte-parole régional de la CNESST

Correctifs

À la demande de la CNESST, la section de l’entreprise dédiée à la réparation et à la finition a été bouclée pour une certaine période, jusqu’à ce que des correctifs soient apportés l’automne dernier.

Une méthode de travail plus sécuritaire dans ce département a dû être mise au point et montrée aux employés.

De plus, l’entreprise almatoise a reçu un constat d’infraction. La CNESSST ne révèle pas l’ampleur de l’amende, mais celle-ci peut varier entre 17 179 $ et 68 721 $ pour une première infraction.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !