•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : les grands constructeurs automobiles suspendent leur activités

Un travailleur inspecte les véhicules à l'usine de Honda.

Un travailleur inspecte les véhicules à l'usine de Honda.

Photo : La Presse canadienne / Nathan Denette (Archives)

Radio-Canada

Les constructeurs automobiles General Motors, Ford, Fiat-Chrysler et Honda interrompent temporairement leurs activités en Amérique du Nord en raison entre autres de l'état actuel du marché et de ventes prévues à la baisse.

Fiat-Chrysler s'est officiellement ralliée mercredi après-midi à la décision prise par ses concurrents du secteur automobile de suspendre la production dans l'ensemble du continent nord-américain, progressivement à partir d'aujourd'hui et jusqu'à la fin du mois de mars.

Nous devons nous assurer que les employés se sentent en sécurité au travail et que nous prenons toutes les mesures possibles pour les protéger.

Mike Manley, PDG de Fiat-Chrysler, dans un communiqué

Ford explique de son côté sa décision de fermer ses usines dès jeudi soir et jusqu'au 30 mars par le nettoyage de toutes ses installations, dans le cadre des efforts de prévention mis en place contre la COVID-19.

Le constructeur américain a d'ailleurs dû fermer temporairement son usine d'assemblage au Michigan mercredi matin après qu'un cas de coronavirus eut été confirmé parmi les employés. Ford assure qu'il procède à un nettoyage en profondeur des lieux.

General Motors déclare pour sa part commencer une suspension ordonnée systématique de sa production jusqu'au 30 mars au moins. Les activités seront évaluées chaque semaine après cela.

Du côté de Honda, la compagnie indique avoir pris sa décision en raison de la baisse prévisible des ventes d'automobiles due à l'épidémie de coronavirus. En annulant six jours d'activité, 40 000 véhicules de moins seront produits.

Le constructeur japonais suspendra également ses activités dans les usines de transmission et de moteurs nord-américaines. Il promet de continuer à payer tous ses salariés et ajoute qu'il profitera de la pause pour poursuivre le nettoyage en profondeur de ses installations.

Consultez notre dossier en ligne sur la COVID-19 : Tout sur la pandémie

Au Canada, la suspension temporaire chez Honda touche 4200 personnes dans les trois usines à Alliston, au nord de Toronto.

Selon le président du syndicat Unifor, Jerry Dias, 40 000 travailleurs des chaînes d'assemblage au pays sont touchés par ces changements. Il assure que la priorité demeure avant tout la sécurité des employés, mais il espère que des solutions seront trouvées rapidement pour qu'ils ne soient pas pénalisés financièrement.

Cela ne pourrait être que la pointe de l'iceberg, avec la baisse mondiale de demandes de véhicules.

Jerry Dias, président du syndicat Unifor

Inquiétudes sur la mise en œuvre du nouvel ALENA

Par ailleurs, le président du Comité des finances du Sénat américain, Charles Grassley, s'est dit préoccupé par la date de mise en œuvre proposée par l'administration Trump, le 1er juin, du nouvel accord commercial Canada–États-Unis–Mexique (ACEUM).

Il a déclaré que cela exercerait des pressions indues sur la conformité des constructeurs automobiles américains dans le contexte de la crise de coronavirus.

Avec les informations de Reuters, et Associated Press

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !