•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Non, ce brevet ne prouve pas que le coronavirus a été créé en laboratoire

Il s'agit en vérité d'un brevet pour un vaccin contre le SRAS.

Un homme parle devant une caméra.

Le brevet existe vraiment, mais a été mal compris par l'auteur de la vidéo.

Photo :  Capture d’écran - Facebook/Google Patents

Une vidéo virale affirme qu'un brevet pour le coronavirus existe depuis 2004, ce qui prouverait qu'il a été créé en laboratoire. Or, il s'agit d'un brevet pour un vaccin contre le SRAS, une autre maladie causée par un autre virus de la famille des coronavirus.

« L'heure est grave », lance un homme au début de la vidéo intitulée « Le virus coronavirus made in France ». Cette vidéo a explosé sur le web au cours des dernières 24 heures. Elle a été partagée plus de 125 000 fois sur Facebook et a été vue plus de 3 millions de fois. Sur YouTube, une copie de la vidéo a été vue près de 180 000 fois.

Il montre ensuite un brevet, numéro EP 1694829-B1, qui prouve, selon lui, que le coronavirus a été créé en laboratoire. « Sur la première page, on trouve les inventeurs... J’insiste, inventeurs… Ils l'ont inventé, ils ont pris deux virus, tout est indiqué », assure-t-il.

Ce qui le consterne encore plus est le fait que le brevet date de 2004. « On est en train de nous dire aujourd'hui que c'est un nouveau virus... on se fout de la gueule de qui, là? »

À lire aussi :

Un vrai brevet, mal interprété

Le brevet en question existe vraiment et est librement disponible sur le web (Nouvelle fenêtre). Il s'agit en effet d'un brevet de l'Institut Pasteur, un organisme français à but non lucratif qui se consacre entre autres au développement de vaccins.

Il y a par contre une énorme confusion autour de ce brevet. Bien qu'il contienne en effet le mot « coronavirus », il s'agit en fait du virus qui cause le SRAS, qui est, lui aussi, de la famille des coronavirus. L'Institut Pasteur a d'ailleurs réagi sur son site web (Nouvelle fenêtre), mercredi matin.

Vous avez vu une publication circuler et vous voulez que les Décrypteurs la vérifient?

Envoyez-nous un courriel (Nouvelle fenêtre). Vous pouvez aussi joindre le groupe Facebook des Décrypteurs (Nouvelle fenêtre), ou nous suivre sur Twitter (Nouvelle fenêtre).

« Le brevet déposé concernait bien le SARS-CoV-1 (responsable de la maladie dite SRAS en 2002-2003), qui est très différent du SARS-CoV-2 (responsable de la maladie dite COVID-19 en 2019-2020) », explique-t-on.

« Le brevet de 2004 décrit la découverte du virus puis l’invention d’une stratégie vaccinale contre ce virus, et NON l’invention du virus lui-même », précise le communiqué. D'ailleurs, la majeure partie du brevet concerne en fait un séquençage du virus en question.

Ce n'est pas la première fois que de tels brevets sont mal interprétés. Les Décrypteurs vous parlaient en janvier de deux autres brevets qui avaient donné naissance à des théories du complot.

Depuis l'éclosion de la pandémie de COVID-19 en Chine, le mot « coronavirus » est devenu d'utilisation courante. Par contre, il s'agit d'une famille de virus connue depuis les années 1960.

Comme l'explique l'OMS (Nouvelle fenêtre), « les coronavirus forment une famille comptant un grand nombre de virus qui peuvent provoquer des maladies très diverses chez l’homme, allant du rhume banal au SRAS, et qui causent également un certain nombre de maladies chez l’animal ».

Le virus qui cause la COVID-19 en fait partie, mais d'autres virus sont aussi des coronavirus, tout comme celui qui a causé l'épidémie de SRAS en 2003.

Le brevet en question n'a donc rien à voir avec la pandémie actuelle, et concerne plutôt un vaccin contre le SRAS, une autre épidémie causée par un autre coronavirus.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Fausses nouvelles

Santé