•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un distillateur de Niagara fabrique et distribue du désinfectant pour les mains

Un homme dans une distillerie

Geoff Dillon fabrique du désinfectant pour les mains dans sa distillerie et le distribue gratuitement à la police, aux hôpitaux et aux foyers de soins de longue durée, entre autres.

Photo : Dillon's Distillers

Radio-Canada

D’ordinaire, Geoff Dillon passe ses journées à faire de la vodka, du gin, de l'absinthe et d'autres spiritueux dans sa petite distillerie située à Beamsville, à l’est de Hamilton. Mais ces jours-ci, il fabrique autre chose : un désinfectant pour les mains.

Le propriétaire de Dillon’s Small Batch Distillers utilise de l'alcool et de l'aloès acheté en magasin pour fabriquer gratuitement du désinfectant à main pour la police locale, les hôpitaux, les foyers de soins de longue durée et les municipalités pendant la pandémie de COVID-19.

Il a commencé vendredi et d’ici mercredi matin, il aura distribué 3000 bouteilles aux policiers, aux agents de santé de première ligne, aux restaurateurs de rue et à la Ville de Hamilton, entre autres.

Étant déjà à court d'aloès, le jeune distillateur fournit des bouteilles d'alcool à 65 %, un produit suffisant pour désinfecter. Depuis qu’il a annoncé sur Twitter sa disponibilité mardi après-midi, il est noyé dans des centaines de courriels et une table pleine de notes Post-it.

M. Dillon est heureux de le faire, mais assure que le nombre de services qui ont besoin de son soutien l’effraie.

Nous avons un peu peur parce que la demande est élevée, concède ce mari d’une médecin de famille.

Il s’agit de personnes que nous pensions être capables d’obtenir ces choses, et c'est un peu choquant. La Ville de Hamilton n'a-t-elle plus de désinfectant pour les mains?

Geoff Dillon, propriétaire de la distillerie Dillon's Small Batch Distillers

Les dons de Geoff Dillon ont commencé la semaine dernière lorsque la distillerie a disposé un panier de petites bouteilles de désinfectant pour les mains à l'entrée, gratuites pour quiconque en voulait une.

Peu de temps après, la police régionale de Niagara l'a contacté.

Nous avons reçu une petite quantité de désinfectant pour les mains des distillateurs de Dillon, a confirmé la porte-parole de la police, Stéphanie Sabourin.

Depuis lors, le bon samaritain a reçu des appels de sages-femmes locales, de foyers de soins de longue durée, de banques alimentaires, de cuisine de rue et d'organismes de vie communautaire.

Ce n'est pas si difficile à faire, pour être honnête avec vous, confie-t-il. Nous avons un bâtiment rempli d'alcool. Pourquoi ne pas le rendre disponible?

Le désinfectant est inséré dans de petites bouteilles qu'il utilise normalement pour les amers, car il ne trouve aucune bouteille en plastique. Les stocks sont épuisés et rien ne bouge très vite à travers le monde.

M. Dillon raconte qu'il n'avait jamais imaginé fabriquer de désinfectant pour les mains, mais qu'il ne s'attendait pas non plus à une pandémie.

C'est une période très étrange. Maintenant, nous sommes une entreprise de désinfectant pour les mains, bien que nous ne le vendions pas. Donc, non, ce n'est pas vraiment une entreprise.

Avec les informations de Samantha Craggs, CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !