•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : des Canadiens témoignent de leurs difficultés à revenir au pays

Un avion en train d'atterrir au coucher du soleil.

La forte demande de billets d'avion a entraîné une flambée des prix dans certaines compagnies aériennes.

Photo : iStock

Radio-Canada

Des Canadiens à l'étranger peinent à revenir au pays, comme Ottawa l'a demandé il y a quelques jours. Certains ne parviennent pas non plus à contacter les services consulaires ou leur compagnie aérienne, ce qui les inquiète.

Tout est fermé, c’est ça que je ne comprends pas. Ils auraient pu laisser sortir les gens, mais fermer les vols pour ceux qui entrent, a déploré mardi, sur les ondes d'ICI RDI, Chantal Lefebvre, une Québécoise coincée au Guatemala, un pays d'Amérique centrale qui a fermé sa frontière lundi soir.

Mme Lefebvre, qui est en vacances avec son amie et quatre enfants, est inquiète et souhaite revenir rapidement au pays notamment parce qu'elle est en pénurie d'insuline alors qu'elle est atteinte de diabète de type 1.

Elle a affirmé avoir tenté de contacter l'ambassade canadienne à plusieurs reprises, mais en vain.

Ça nous rend un peu anxieux, on ne sait pas trop ce qui va se passer. On ne sait pas si l’hôtel où on reste va fermer, tous les restaurants ont fermé, il y a certaines épiceries qui sont encore ouvertes, donc on est un petit peu pris au dépourvu.

Chantal Lefebvre, une Québécoise coincée au Guatemala.

Cette difficulté d'obtenir de l'aide consulaire, Claude Gagnon, l'a également vécue. Ce Québécois à Malaga, en Espagne, a indiqué être parvenu à obtenir la ligne la semaine dernière après avoir composé à plusieurs reprises le numéro d'aide du gouvernement canadien, soit le 1-613-996-8885. Mais, mardi, il n'a pu obtenir de réponses après avoir rappelé ce même numéro.

M. Gagnon a toutefois réussi à contacter la compagnie aérienne Air Transat afin de modifier ses billets d'avion et, ainsi, obtenir une date de départ plus tôt. Est-ce que je vais partir? Je ne sais pas. C’est très inquiétant, a-t-il ajouté, expliquant que la situation évolue très rapidement.

De son côté, Stéphanie Forté, une Québécoise à Paris, en France, a pu contacter l'ambassade canadienne. On nous a dit que, pour l'instant, on doit se tourner vers les compagnies aériennes. Mais malheureusement, il n'y a aucune réponse [de sa compagnie aérienne], a-t-elle indiqué.

Elle a tenté à plusieurs reprises de contacter Air Canada afin de modifier sa date de vol, car elle ne peut pas faire de modification en ligne étant donné qu'elle voyage avec un bébé, mais sans succès.

Son plan B est de demeurer en France, bien que cela engendra quelques déceptions. Je ne peux pas pratiquer la médecine en France [...] Pour moi, ça serait vraiment dommage de rester ici et de ne pas pouvoir contribuer aux efforts, a-t-elle dit.

Les mesures d'Ottawa

Le gouvernement canadien a mis en place un programme d'urgence pour venir en aide aux voyageurs canadiens coincés à l'étranger. Un prêt d'urgence qui peut atteindre 5000 $ leur est notamment offert afin de les aider à subvenir à leurs besoins essentiels ou à revenir au Canada.

Plus tôt mardi matin, le premier ministre Justin Trudeau a affirmé à l'émission Première Heure que des discussions sont en cours avec les principaux transporteurs canadiens, Air Canada et WestJet notamment, afin de faciliter le retour à la maison. L’organisation de vols nolisés est également envisagée par le gouvernement fédéral.

Les Canadiens qui se trouvent à l'étranger et qui souhaitent obtenir de l'aide pour revenir au pays peuvent composer le 1-613-996-8885 (à frais virés si ce service est offert) ou écrire à sos@international.gc.ca, selon le site du gouvernement canadien.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Coronavirus

International