•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des restaurateurs s’adaptent à l’état d’urgence sanitaire

Chargement de l’image

Le restaurant Papa Franco's de Kapuskasing a décidé d’offrir un service de livraison

Photo : Papa Franco's/Facebook

Prenez note que cet article publié en 2020 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Des propriétaires de restaurants du Nord de l’Ontario ont dû rapidement ajuster leur façon de faire pour continuer leurs activités alors qu’ils sont désormais contraints à offrir uniquement des repas à emporter ou en livraison.

Pierre de Montigny est le propriétaire du restaurant Papa Franco’s, un lieu de rassemblement des francophones de Kapuskasing.

Il s’attendait à ce que des mesures draconiennes soient prises, même si elles sont arrivées un peu plus rapidement que ce qu'il croyait.

Il a alors dû décider entre rester fermé ou faire les ajustements nécessaires pour répondre aux critères qui permettent aux restaurants de rester ouvert.

Il a finalement choisi d’offrir la livraison entre 16 h et 20 h, dans un premier temps.

« J’ai l’impression que les [clients] comprennent la situation. Ils comprennent que ce n'est pas une situation que nous on a créée. »

— Une citation de  Pierre de Montigny, propriétaire du restaurant Papa Franco’s

Selon la demande, M. de Montigny pourrait étendre le service à l’heure du dîner.

On n’est pas nécessairement un restaurant qui offre des repas pour sortir, confie M. de Montigny. On n’avait jamais fait de livraison.

Le propriétaire avait notamment besoin de s'approvisionner en emballages.

Des employés de cuisine seront malheureusement privés de travail.

Normalement, on avait une équipe en place de 8 h le matin à 9 h le soir. Avec ce qu’on propose de faire, évidemment que l’équipe du matin [ne sera] pas nécessaire.

L’équipe du soir sera présente pour des heures réduites, de 15 h à 20 h, explique Pierre de Montigny.

« Pour nous c’est du nouveau. Est-ce que le monde vont changer leurs habitudes? »

— Une citation de  Pierre de Montigny, propriétaires du Papa Franco's

Il estime que des gens feront peut-être le choix de davantage cuisiner eux-mêmes.

Il indique avoir commandé lundi environ la même quantité de nourriture qu'à la normale, car une bonne partie de l’inventaire a été utilisée pendant la fin de semaine.

Les prochaines commandes seront réduites, précise le propriétaire de Papa Franco’s. Il affirme qu’il aura une meilleure idée de l'intérêt des clients pour le service de livraison d’ici vendredi.

Nos fournisseurs eux-mêmes en subissent les conséquences, souligne-t-il. Mais je pense que tout le monde réagit de façon positive. On essaie tous de s’adapter.

Il ne s’attend pas à court terme à une hausse du prix des aliments.

« Dans notre domaine, les prix ont tendance à augmenter quand il y a une grande grande demande. Là, ça va être l’inverse qui va se produire selon moi. »

— Une citation de  Pierre de Montigny, le propriétaire du restaurant Papa Franco’s

Il pourrait cependant avoir une augmentation lorsque la mesure sera levée, car tout le monde aura besoin de regarnir ses tablettes en même temps, croit-il.

Dans le Nord-Ouest, Daniel Howells, copropriétaire de La Luna Café à Nipigon, avait déjà commencé à se préparer à la situation actuelle depuis quelques jours.

Chargement de l’image

Caitlin Brown et Daniel Howells, copropriétaires de La Luna Café à Nipigon.

Photo : Radio-Canada / Michel Laforge

Il affirme être heureux de ne pas être forcé de fermer complètement son établissement, mais s’attend à une diminution du nombre de clients.

Il avait déjà noté que moins de résidents de Nipigon, où il y a beaucoup de personnes âgées, sortaient depuis la semaine dernière.

« Notre place c’est une place où tu viens pour t'asseoir et socialiser. Déjà aujourd’hui, on a manqué des clients qui viennent ici pour jaser. »

— Une citation de  Daniel Howells, copropriétaire de La Luna Café

M. Howells explique qu’il reprendra la livraison de soupes maison et de pain, un service que La Luna Café avait déjà offert par le passé. On va essayer de l’annoncer et d’avoir plus de [clients].

Le café a deux employés à temps plein et un employé occasionnel. Daniel Howells ne peut pas garantir qu’ils pourront travailler autant d’heures que d’habitude. Ce que je peux faire maintenant, c’est espérer [que ça se règle vite.]

Il espère aussi avoir une aide financière des gouvernements pour passer à travers la crise.

On fait tout pour garder notre cuisine propre. Venez nous voir!

Avec les informations de Mathieu Allard

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !