•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Coronavirus : des gyms créatifs poursuivent leurs activités autrement

 Une salle d'entraînement vide.

Des gyms offrent des cours en ligne, alors que d’autres prêtent leur matériel aux clients pour qu'ils s’entraînent chez eux.

Photo : Radio-Canada / Maxime Martin

Avec les plus récentes mesures adoptées par le gouvernement du Québec, de nombreux centres d'entraînement ont dû fermer leurs portes, distanciation sociale oblige. Cependant, plusieurs établissements de la grande région de Montréal ont trouvé des moyens créatifs pour éviter que leurs membres, de plus en plus nombreux à être coincés à la maison, ne reprennent les quelques livres chèrement perdues à la sueur de leur front.

Il faut dire qu’il y a déjà beaucoup de gens qui s'entraînent quotidiennement à la maison par l'intermédiaire d'applications ou de programmes en ligne. Et plusieurs de ces entraînements sont devenus gratuits depuis les récentes annonces gouvernementales, pour permettre à d’autres de rester en forme.

Mais au MissFit Laval, on a élaboré une nouvelle approche. Si les clientes ne peuvent se rendre au gym, aussi bien amener le gym à elles avec des cours de groupes en visioconférence.

Notre première idée, ça a été de garder un contact visuel avec les filles. Elles ont un grand sentiment d’appartenance au gym et elles aiment l’encadrement des cours. En donnant un rendez-vous de conférence web, ça donne le sentiment de ton rendez-vous au gym, explique Carolane Gagné, gérante du centre d’entraînement.

Ça permet d’assurer la supervision, de ne pas faire de faux mouvements. Mais surtout, ça permet à nos membres de garder l’habitude de l'entraînement, même à la maison, ajoute-t-elle.

MissFit a testé son premier cours en ligne mardi matin. Face à la demande de ses membres, de nouveaux cours sont prévus dans les prochains jours. Cela permettra aux quelque 200 femmes habituellement inscrites au cours de groupe de s'entraîner de la maison.

De nombreux gyms devraient d’ailleurs suivre cet exemple, puisque Carolane Gagné reconnaît avoir reçu de nombreux appels d’autres établissements qui souhaitaient se renseigner sur sa nouvelle méthode.

À lire aussi :

Faire confiance à sa communauté

Après avoir été nettoyé, le matériel de gymnase est mis à la disposition des membres qui souhaitent s’entraîner à la maison.

En quelques heures, l'ensemble du matériel était parti.

Photo : Radio-Canada / Courtoisie : Club Athlétique Rosemont

Les centres d’entraînement n’ont par contre pas tous l’envergure de la chaîne MissFit. Certains gyms de quartier parviennent tout de même à tirer leur épingle du jeu.

Fier de sa petite communauté, le Club Athlétique Rosemont à Montréal a quant à lui choisi de tout simplement offrir son matériel en prêt à ses membres, après l’avoir nettoyé, pour qu’ils puissent poursuivre leur entraînement à domicile.

Le tout, en signant simplement une feuille blanche posée à l’entrée du gym.

Tout le matériel est parti en moins de quatre heures, dit au bout du fil Louis-Pierre Lauzon, le propriétaire de l’établissement.

Le but, c’est de garder les gens un minimum actifs. Aussitôt qu’on a mis les messages, le prêt de matériel, le programme à la maison, le programme de course, on a eu une super réponse de nos membres. Ils sont contents qu’on aille un pas plus loin, poursuit-il.

Pour garder actif ce lien avec leur membre, de nombreux établissements n’hésitent d'ailleurs pas à publier des entraînements gratuits sur leur page Facebook.

Chacun à sa façon, ces propriétaires de salles d'entraînement ont décidé d’offrir un peu de loisirs dans un moment plus difficile pour leurs clients. Cependant, ils repoussent peut-être ainsi une question qui les touchera plus directement plus tard : une fois les mesures de distanciation sociale du gouvernement terminées, qui reviendra s'entraîner avec eux?

La majorité des gens ont hâte de revenir. Les gens espèrent revenir, mais c’est sûr que ça va faire mal au niveau financier, avoue Louis-Pierre Lauzon du Club Athlétique Rosemont. Ça va avoir un impact sur toutes les petites entreprises, mais il y a un mouvement de soutien par rapport à ça. J’attends maintenant de voir les mesures financières des gouvernements.

GIF montrant des conseils pour prévenir la propagation du coronavirus.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des conseils pour réduire les risques de propagation de la COVID-19.

Photo : Radio-Canada

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Coronavirus

Société