•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19: des astuces pour diminuer le stress et l'anxiété

Un homme porte ses mains à la tête.

La situation du coronavirus peut entraîner son lot de stress et d'anxiété. (archives)

Photo : iStock

La pandémie actuelle liée à la COVID-19 entraîne son lot de stress et d'anxiété pour plusieurs personnes. La psychothérapeute Joannie Gauthier donne quelques trucs et astuces pour ceux qui en souffrent.

La psychothérapeute et présidente de consultants BCH à Rouyn-Noranda, Joannie Gauthier, constate que la clientèle qui est plus vulnérable démontre déjà une plus grande désorganisation.

Comme des gens très anxieux à la base ou qui ont des problèmes de santé importants déjà ou nos clients déjà dépressifs, la situation peut faire augmenter leurs symptômes au niveau de leur détresse psychologique, explique-t-elle

Joannie Gauthier croit que la première solution est de ne pas nier le problème et d'admettre que la situation actuelle est stressante et anxiogène.

Pourquoi elle est stressante et anxiogène? Parce que c'est une situation qui est nouvelle, c'est hors de l'ordinaire ce qui est en train de se passer à travers la planète. On n'a pas d'expérience face à une pandémie, moi personnellement c'est la première que je vis. Je veux être rassurante dans ce que je dis, mais il faut se dire que oui c'est normal de vivre du stress et oui c'est normal de vivre de l'anxiété.

Joannie Gauthier croit qu'il est aussi important que les gens se changent les idées. Il est notamment préférable d'avoir d'autres sujets de conversation avec les gens qui vivent du stress et de l'anxiété face à la pandémie.

Si les gens pouvaient se changer les idées en faisant du ski, par exemple, ou pour les enfants aller faire leurs cours de danse, ce serait idéal, ce n'est plus possible en ce moment, alors il faut être un peu plus créatif. Nos habitudes exutoires deviennent différentes, faut faire preuve de créativité c'est certain, mais encore là il faut être rassurant, c'est une situation qui est temporaire.

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Elle recommande aussi d'éviter de constamment lire ou écouter les nouvelles touchant le COVID-19

Il y en a qui vont être constamment fixé devant leur téléphone et qui se mettent toujours à l'affût de dernières nouvelles par rapport à ça. Je pense que c'est important de pouvoir choisir un moment X dans la journée que je décide de me mettre à jour, mais que ça ne devienne pas à toute heure du jour et de la nuit.

Il est important aussi d'être à l'affût de ce que nous allons lire avec le nombre de fausses nouvelles qui circulent en ce moment sur les réseaux sociaux.

Quoi dire et ne pas dire à un proche anxieux ou stressé?

Tout d'abord, il est important de ne pas minimiser ce que vivent les gens, il faut être à l'écoute de ce qu'ils vivent et de valider leurs émotions.

Il n'y a rien de pire que de dire à un anxieux, "arrête de stresser avec ça, tu stresses pour rien". Des fois, on veut être protégeant, par contre, on est en train d'invalider l'émotion qui est là. On est tous propriétaires de nos émotions, personne ne peut remettre ça en question, assure Joannie Gauthier.

Elle suggère plutôt de parler de ce qui est positif. Souvent, ce que je suggère, c'est de dire "je comprends ton inquiétude, tu as raison, c'est difficile comme moment à passer, mais voici pourquoi ça devrait bien se passer" et sortir certains arguments qu'on peut avoir. On peut parler du fait que le gouvernement du Québec fait preuve de leadership, sait bien communiquer, les directives sont claires, elles sont répétées, donc ça, c'est très rassurant. On a aussi un système de santé organisé alors quand on se compare à d'autres pays, on est chanceux.

Apprendre à différencier le stress et l'anxiété

Quand on parle de stress, c'est davantage une réaction, un questionnement ou un inconfort par rapport à une situation imprévue. On est capable d'être toujours fonctionnel quand même, par contre, l'anxiété, c'est quand on anticipe négativement les événements qui vont arriver, donc des scénarios catastrophiques, affirme Joannie Gauthier, ajoutant que quelqu'un qui est très anxieux par rapport au COVID-19 peut s'imaginer différents scénarios.

Je vais aller à l'épicerie, quelqu'un va tousser, je vais l'attraper, je vais être malade, je vais en mourir, je vous le mets très grave, mais il n'en demeure pas moins que c'est cette anticipation-là, affirme Joannie Gauthier

Quand doit-on s'inquiéter pour un proche?

Il y a trois éléments à surveiller, d'abord si la personne ne dort plus, également si la personne ne mange plus ou mange difficilement, puis si ce sont des pensées qui sont envahissantes et que la personne ne pense qu'à ça toute la journée.

Si ces trois éléments sont affectés, évidemment, on va encourager à aller consulter dans le domaine de la santé, affirme Mme Gauthier.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !