•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : des « répercussions foudroyantes » pour les artistes, selon le directeur du Conseil des arts du Canada

Un masque de théatre souriant et un autre qui fait la moue.

Le milieu des arts est durement touché par la pandémie qui sévit à l'heure actuelle.

Photo : Radio-Canada / Isabelle Plamondon

Des centaines de millions de dollars : c’est ce que représente la perte de revenus possible pour le monde des arts si les annulations devaient durer trois mois, estime le directeur et chef de la direction du Conseil des arts du Canada, Simon Brault.

Grâce aux chiffres des années précédentes, le Conseil des arts du Canada (CAC) est capable de faire une projection « assez précise » du manque à gagner, souligne son directeur. Le CAC représente près de 1300 organismes et environ 30 000 artistes au pays.

En première ligne des mesures de confinement et d’annulations des rassemblements publics, le milieu artistique canadien est fortement touché par les mesures de ralentissement de la propagation de la COVID-19.

Il va y avoir des répercussions foudroyantes.

Simon Brault, directeur et chef de la direction du Conseil des arts du Canada

Simon Brault rappelle que la vente de billets est une source de revenus majeure pour les organismes et compagnies artistiques. Les subventions publiques ne représentent, elles, que 20 % à 35 % des entrées d’argent.

Tout juste de retour d’Afrique, où il a notamment participé au Marché des arts du spectacle d'Abidjan, Simon Brault précise qu’en temps de crise, la priorité est d’aider les plus vulnérables.

Afin d’éviter que les travailleurs autonomes et artistes ne soient privés de revenus, le Conseil des arts du Canada demande donc aux organismes d'honorer les contrats avec les artistes et les travailleurs autonomes.

Simon Brault assure que le CAC et les gouvernements sauront par la suite trouver des liquidités pour venir en aide aux différents organismes. Il s’attend d’ailleurs à des annonces du gouvernement fédéral d'ici à la fin de la semaine.

Documenter les pertes et réfléchir à l'avenir

Dans l’attente des mesures d’aide, Simon Brault incite les directions de compagnies ou d’organismes à documenter leurs pertes. Soyez prêts avec des documents et des chiffres pour que lorsque les fonds gouvernementaux seront débloqués ils puissent être dépensés rapidement pour aider à stabiliser la situation, insiste-t-il.

Comme à chaque fois qu’il y’a une grave crise, c’est un moment pour faire preuve de solidarité, mais aussi un moment pour réfléchir à la question : est-ce que la façon dont on a travaillé jusqu’à présent est soutenable?

Simon Brault, directeur et chef de la direction du Conseil des arts du Canada

Ce dernier pense aussi à l’avenir à long terme et s’interroge déjà sur les changements à apporter pour être mieux préparés aux situations de ce genre dans le futur.

Il explique que le modèle actuel est particulièrement fragile, car très morcelé et réparti en de nombreux organismes de petite taille. Selon lui, après la pandémie, il va falloir réfléchir à regrouper les intelligences et les capacités.

Avec les informations de Christelle D'Amours

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Coronavirus