•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : le nombre de cas annoncés augmente de jour en jour

La Dre Theresa Tam, administratrice en chef de la santé publique du Canada, en conférence de presse.

La Dre Theresa Tam, administratrice en chef de la santé publique du Canada.

Photo : La Presse canadienne / Justin Tang

Une analyse des cas annoncés à ce jour par les gouvernements provinciaux et fédéral montre que la course de la COVID-19 au Canada s’accélère.

Le premier cas au Canada a été annoncé à Toronto le samedi 25 janvier.

Il a fallu attendre 46 jours pour atteindre le plateau des cent premiers cas, soit du 25 janvier au 11 mars.

L’attente a été beaucoup moins longue pour atteindre les 200 cas : seulement 3 jours, du mercredi 11 mars au samedi 14 mars.

Une fois cette étape passée, on a ensuite ajouté une autre centaine de cas en 24 heures seulement, du samedi 14 mars au dimanche 15 mars.

Un chauffeur de taxi se nettoie les mains avec du désinfectant.

Les autorités sanitaires insistent sur l'importance des mesures de prévention.

Photo : Reuters / Yara Nardi

Puis finalement, le lundi 16 mars, on a ajouté 99 cas en une seule journée.

Ralentir la progression des cas demandera une large adhésion de la population aux mesures de distanciation mises de l’avant par les gouvernements.

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Selon Doris Grinspun, de l’Association des infirmières autorisées de l’Ontario, on ne va pas arrêter la transmission du virus en ce moment. On espère qu’avec ces mesures on pourra commencer à voir un ralentissement de l’accélération.

C’est pourquoi les infirmières ontariennes reprennent le message québécois aux personnes de plus de 70 ans et vulnérables.

Doris Grinspun, PDG de l’Association des infirmières autorisées de l’Ontario en entrevue

Doris Grinspun, PDG de l’Association des infirmières autorisées de l’Ontario

Photo : Radio-Canada

Toutes les infirmières demandent au gens de rester chez eux, affirme Mme Grinspun.

Les gens doivent penser à leur communauté et aux concitoyens qui travaillent dans le réseau de la santé.

Doris Grinspun, PDG de l’Association des infirmières autorisées de l’Ontario

Selon Neil Rau, microbiologiste et spécialiste des maladies infectieuses, l’accélération de l’ajout des cas par les différents ordres de gouvernement peut représenter une meilleure compréhension de l’étendue de la maladie.

Ça n’indique pas toujours une croissance de l’épidémie, mais parfois une reconnaissance de l’épidémie, dit-il.

Une personne prend la température d'une femme qui porte un masque.

Les nouveaux cas sont chaque jour plus nombreux.

Photo : Associated Press / Fernando Llano

Il y a une accélération quand même, reconnaît le microbiologiste, parce qu’on a de plus en plus de décès et de cas acquis localement. Ça, c’est plus important que le nombre de cas.

De fait, la proportion des cas sans historique de voyage parmi les cas annoncés n’a cessé de croître au cours des derniers jours.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Santé publique

Santé