•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : les écoles de la C.-B. fermées jusqu'à nouvel ordre

L'entrée de l'établissement scolaire avec deux drapeaux qui flottent au vent.

L'École André-Piolat à North Vancouver

Photo : Radio-Canada / Noémie Moukanda

Dans le souci de préserver la santé et la sécurité des élèves, des étudiants et du personnel, le gouvernement de la Colombie-Britannique a pris la décision de fermer les écoles de la province jusqu’à nouvel ordre.

Tous les établissements scolaires, de la maternelle à la 12e année, doivent cesser toutes les activités en classe dès à présent.

Le premier ministre, John Horgan, a souligné que c’était une décision difficile à prendre. Cependant, nous sommes en situation de crise, a-t-il ajouté. Rob Fleming, le ministre de l’Éducation, a précisé que cette décision n’a pas été prise à la légère, mais en concertation avec les autres autorités vu l’évolution rapide de la pandémie de coronavirus. Ces actions, recommandées par la médecin hygiéniste en chef de la province, sont prises pour maintenir les enfants, le personnel et les écoles en sécurité, a déclaré Rob Fleming.

Le ministre a aussi voulu rassurer les élèves. Tous recevront leurs notes finales. 

Tous les élèves qui doivent passer à la classe supérieure à l’automne passeront.

Rob Fleming, ministre de l’Éducation

Pour les élèves de 10e et 11e année, l’évaluation de leurs notes sera menée ultérieurement. Toutefois, les élèves de 12e année qui ont déjà passé les examens finaux et qui les ont réussis pourront obtenir leur diplôme de fin d’études. Par contre, les cérémonies de graduation sont repoussées.

La quasi-totalité des 550 000 élèves de la province est actuellement en semaine de relâche. Les élèves doivent normalement retourner sur les bancs de l'école le 30 mars. Le ministre Fleming a affirmé que le retour en classe sera discuté plus tard. Son ministère, avec tous les partenaires en éducation, va évaluer sous quelle forme l’instruction des enfants va reprendre. Il s’est dit conscient que certains districts vont faire face à des défis particuliers.

Nous n’avons pas toutes les réponses aujourd’hui. C’est une situation qui évolue rapidement.

Rob Fleming, ministre de l’Éducation
Le premier ministre de la Colombie-Britannique, John Horgan entouré de la ministre des Finances, Carole James, du ministre de l'Éducation, Rob Fleming.

Le gouvernement provincial annonce notamment la fermeture de ses écoles pour répondre à l'évolution rapide de la pandémie de coronavirus.

Photo : Radio-Canada

Par ailleurs, Rob Fleming demande aux parents et gardiens de parler aux enfants de ce qui se passe, des mesures qui sont prises aujourd’hui dans le but de les protéger ainsi que les personnes vulnérables à la COVID-19, comme leurs grands-parents.

Enfin, le ministre de l’Éducation a lancé un message d’espoir : Nous finirons par retourner à une situation normale; ces mesures sont temporaires. En attendant, il conseille aux Britanno-Colombiens de veiller les uns sur les autres.

Des élèves ébranlés

Plusieurs élèves de la 12e année à l’École Jules-Verne à Vancouver ont réagi à ces nouvelles mesures.

Je suis assez choquée pour être honnête. C’est quelque chose d'étonnant, même si je pense qu'on savait tous que ça allait se passer, après que l’Alberta et puis l’Ontario aient fermé leurs écoles. Ça me semble encore assez bizarre qu'on ne retourne pas à l'école après deux semaines.

Juliette Whiteside, élève en 12e année à l'École Jules-Verne

Certains ne peuvent s’empêcher de faire le lien avec tous les événements sportifs annulés de surcroît.

En mai, j'étais supposée aller aux nationaux. Donc, si je qualifie pour les nationaux, je pourrais aller aux mondiaux. Je m'entraîne depuis très longtemps, depuis un an presque, donc c'est difficile de voir tous les entraînements et tout l'effort que j'ai mis [tomber à l’eau].

Annabelle Zarow, élève en 12e année à l'École Jules-Verne

Alors que d’autres pensent au moment unique qu’est le bal des finissants.

Depuis la maternelle, tu penses aux événements de graduation. Par exemple, la Prom, ta graduation à SFU avec le CSF. La possibilité que ces événements vont être annulés... c'est choquant.

Amadéa Charest, élève en 12e année à l'École Jules-Verne

Amadéa Charest comprend néanmoins qu’il était temps que le gouvernement resserre les mesures pour atténuer la progression du nouveau coronavirus.

Je pense qu'ils ont certainement pris la bonne décision. Je pense en fait que ça a pris trop longtemps parce que la semaine dernière, le weekend passé, quand il y avait beaucoup moins de cas en Colombie-Britannique, on disait : "oh ça va aller, ça va aller", puis ça a continué, puis maintenant on réagit. C'est un peu trop tard à mon avis.

Amadéa Charest, élève en 12e année à l'École Jules Verne

L’instruction continue au sein du CSF

Sur son site Internet, le Conseil scolaire francophone de la Colombie-Britannique déclare profiter de la période de la relâche scolaire pour mettre en place des approches qui permettront aux élèves de continuer certains apprentissages afin de poursuivre l’année scolaire.

On ne parle ici d’école fermée, mais tout simplement d’une façon différente de pouvoir faire pour suivre les apprentissages et ça engendre toute une grosse organisation.

Michel St-Amant, directeur général du CSF

Michel St-Amant, le directeur général du CSF, confirme en effet que le retour à l’école ne se fera pas physiquement. Ce sera un retour virtuel, progressif afin de pouvoir s’organiser. Ce retour, précise M. St-Amant, concerne le personnel du CSF. Si l'école n'est pas fermée, c'est parce qu'un personnel est là pour assurer le nettoyage des lieux.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !