•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Une policière française contrôle un automobiliste.

Une policière française contrôle un automobiliste dans le quartier de Belleville à Paris le 17 mars 2020, au moment où la France est soumise à des mesures strictes, dont la réduction de la circulation afin de ralentir la pandémie du coronavirus.

Photo : Reuters / Benoit Tessier

Radio-Canada

Au lendemain de l’annonce de mesures de confinement strictes par Emmanuel Macron, la France fait état d’un bilan à la hausse du nombre de cas confirmés de contamination par le nouveau coronavirus. Ce nombre a progressé de 16,5 % dans les dernières 24 heures.

Le pays comptait 7730 cas mardi soir, selon le directeur général de la santé, le Pr Jérôme Salomon.

De ce nombre, 2579 patients sont hospitalisés, dont 699 cas jugés graves et qui sont en réanimation, a précisé M. Salomon.

Travailleurs de la santé au bord de l'épuisement

Dans la guerre sanitaire déclarée lundi par le président Macron contre le coronavirus, quelque 100 000 policiers et gendarmes sont mobilisés pour faire respecter les nouvelles mesures. Mais le personnel médical demeure depuis le début de la crise le premier sur le front, et il commence à montrer des signes d’épuisement.

Les travailleurs de la santé font appel à la collaboration des Français et dénoncent sur les réseaux sociaux le manque de matériel, comme les masques de protection.

Le Collectif inter-hôpitaux, qui coordonne les luttes pour la défense de l'hôpital public, dénonce également le manque de masques de protection. Il a mis en ligne la semaine dernière une capsule vidéo dans laquelle médecins et infirmiers demandent aux Français sur un ton humoristique de rester chez eux.

En s’adressant aux Français lundi, le président Macron a interdit les déplacements non essentiels dans le pays pour freiner la propagation du virus.

Il a répété plusieurs fois Nous sommes en guerre et a promis un soutien accru et de l’aide au personnel soignant.

Nous avons décidé avec les scientifiques de réserver les masques en priorité pour l’hôpital et pour la médecine de ville et de campagne, en particulier [pour] les généralistes, les infirmières, désormais en première ligne aussi dans la gestion de la crise, a-t-il dit.

Le président a précisé que des masques seront livrés dès mardi dans les pharmacies des 25 départements les plus touchés.

Consultez notre dossier en ligne sur la COVID-19 : Tout sur la pandémie

Le président Macron a aussi rappelé qu’un service minimum de garde pour les enfants des soignants avait été mis en place lundi dans les garderies.

La France est l’un des foyers européens de l'épidémie de la COVID-19 provoquée par le coronavirus.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Coronavirus

International