•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De nouvelles mesures pour faire face à la COVID-19 au Royaume-Uni

Boris Johnson s'adresse aux journalistes.

Le projet de loi du gouvernement Johnson sera présenté jeudi.

Photo : Getty Images / WPA Pool

Radio-Canada

Le Royaume-Uni présentera jeudi un projet de loi pour faire face à la COVID-19, qui donnera notamment aux policiers et aux agents d'immigration le pouvoir d'incarcérer des personnes et de les placer en isolement si cela est nécessaire afin de protéger la santé publique.

Ces mesures que nous mettrons en place par le projet de loi d'urgence sur le coronavirus cette semaine seront utilisées seulement en cas d'absolue nécessité, a déclaré mardi par voie de communiqué le ministre britannique de la Santé, Matt Hancock.

Le projet de loi, qui sera présenté au Parlement jeudi, permettra également aux services frontaliers de suspendre temporairement les activités dans les aéroports ou autres plaques tournantes du transport s'ils jugent qu'il n'y a pas suffisamment de ressources pour assurer la sécurité frontalière.

À lire aussi :

Les secteurs de la santé et des services sociaux recrutent

Le gouvernement britannique prévoit également des mesures pour encourager les travailleurs bénévoles et retraités à soutenir les systèmes de santé et des services sociaux.

De meilleures garanties seront offertes aux travailleurs qui veulent faire temporairement du bénévolat dans ces secteurs afin qu'ils préservent leur emploi. Ces bénévoles pourront s'absenter de leur emploi principal durant un maximum de quatre semaines et recevront comme compensation un montant forfaitaire pour réduire leur perte de revenus et leurs dépenses.

Des homologations d'urgence seront également attribuées aux retraités du service de santé public et aux travailleurs sociaux à la retraite qui voudront retourner au travail sans pénalités. Les étudiants qui ont presque fini leur formation pourront également s'en prévaloir

Les tâches et les exigences administratives seront par ailleurs diminuées afin de permettre aux médecins de renvoyer les patients à la maison plus rapidement et d'offrir des lits à ceux qui sont très malades.

Le projet de loi prévoit aussi :

  • Assouplir les exigences pour les écoles et les services de garde, permettant par exemple la diminution du ratio d'enseignants;
  • Permettre la fermeture d'établissements scolaires et de garderies;
  • Autoriser ceux n'ayant pas de symptômes, mais voulant tout de même se placer en isolement à être en congé de maladie dès la première journée plutôt qu'à la troisième journée;
  • Permettre aux petites entreprises de réclamer au gouvernement les montants déboursés pour les congés de maladie;
  • Accorder la tenue d'audiences par visioconférence;
  • Autoriser le gouvernement à restreindre ou à interdire des rassemblements ou des événements;
  • Assouplir des règles quant aux décès de personnes, permettant par exemple aux directeurs funéraires de faire enregistrer un décès au nom de la famille.

Le gouvernement espère que le projet de loi sera approuvé d'ici la fin du mois.

Les mesures proposées dans le texte pourront être en vigueur durant un maximum de deux ans.

Afin de soutenir l’économie, le gouvernement britannique a par ailleurs annoncé mardi qu’il va offrir 330 milliards de livres (environ 575 milliards de dollars canadiens) comme garantie de l'État sur les prêts aux entreprises, une somme qui pourra être augmentée au besoin.

Il compte aussi offrir aux entreprises des baisses d’impôt et des subventions, une aide qui se chiffre à 20 milliards de livres (environ 35 milliards de dollars canadiens).

De nouveaux décès

Au Royaume-Uni, le nombre de décès liés à la COVID-19 a augmenté mardi, s'élevant désormais à 71 après la mort de 14 personnes en Angleterre.

Le plus récent bilan fait état de 1950 personnes contaminées, mais des tests ne sont pas effectués systématiquement, malgré les recommandations de l'OMS. Selon le conseiller scientifique du gouvernement, Patrick Vallance, il est raisonnable de penser que 55 000 personnes sont atteintes.

Avec les informations de Reuters, et Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Europe

International