•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La transmission communautaire de la COVID-19 en Ontario : qu’est-ce que ça veut dire?

Des personnes dans la foule.

La transmission communautaire de la COVID-19 a été confirmée à Toronto et à Ottawa.

Photo : CBC/Evan Mitsui

Pour la première fois lundi, l’hygiéniste en chef de Toronto a déclaré détenir des preuves préliminaires de la transmission communautaire de la COVID-19 dans la région. Elle emboîtait ainsi le pas à sa collègue d’Ottawa, qui a fait la même déclaration (Nouvelle fenêtre) dimanche.

La transmission communautaire se produit lorsqu’une personne contracte la COVID-19 d’une source inconnue et qu’un lien épidémiologique ne peut être établi.

En d'autres mots, c'est lorsque le virus se propage au sein même d'une communauté, d'une personne à l'autre.

Le nombre de cas de COVID-19 augmente de manière marquée. Certains des cas sont de source inconnue, ce qui indique une transmission communautaire.

Dre Eileen de Villa, médecin hygiéniste de Toronto

Est-ce une indication que la crise de santé publique pourrait entrer dans une nouvelle phase en Ontario?

Le médecin hygiéniste en chef de l'Ontario a tenté de calmer le jeu mardi, en déclarant que 92 % des cas confirmés de la COVID-19 en Ontario étaient des voyageurs revenus de l'étranger ou des personnes qui avaient été en contact étroit avec ceux-ci.

Le Dr David Williams a toutefois admis qu'on peut en effet présumer qu'il y a de la transmission communautaire dans certaines régions de la province.

Un graphique

La transmission communautaire indique que l'Ontario pourrait entrer dans une phase critique.

Photo : Radio-Canada / Camile Gauthier

Dans les pays où des foyers importants se sont déclarés, la courbe des cas de COVID-19 a augmenté de manière exponentielle après l’éclosion de cas de transmission communautaire, selon les données de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

L’OMS rapporte que le nombre de cas confirmés double désormais tous les trois à six jours (Nouvelle fenêtre) dans ces pays, notamment en Suisse, en France, en Italie et en Iran.

Si le nombre de cas confirmés devait doubler toutes les 72 heures en Ontario, il y aurait plus de 5900 cas d’ici le 1er avril. Les mesures draconiennes annoncées par les gouvernements Ford et Trudeau visent à ralentir la progression d’une telle courbe.

Comment évolue une épidémie avec ou sans mesures préventives.

Comment évolue une épidémie avec ou sans mesures préventives

Photo : CDC

Mardi, l’administratrice en chef de la santé publique du Canada, la Dre Theresa Tam, a d'ailleurs indiqué que la transmission communautaire est un signal clair que la fenêtre pour aplatir la courbe de l'épidémie a rétréci.

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

La PDG de l’Association des infirmières et infirmiers autorisés de l’Ontario, Doris Grinspun, est d’ailleurs d’avis que le nombre de personnes atteintes de la COVID-19 double probablement déjà dans la province.

C'est seulement une question de temps. La seule solution, c’est la distanciation sociale, dit-elle. Doris Grinspun confirme aussi que ses membres ont constaté plus en plus de cas de transmission communautaire à Toronto.

Doris Grinspun, PDG de l’Association des infirmières et infirmiers autorisés de l’Ontario en entrevue

Doris Grinspun, PDG de l'Association des infirmières et infirmiers autorisés de l’Ontario

Photo : Radio-Canada

Ces mesures auraient dû être annoncées beaucoup plus tôt, dit-elle. Les gens ne prennent pas cela assez au sérieux. J’implore de public de prendre cette crise au sérieux.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Toronto

Santé