•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : pas d’isolement obligatoire pour les migrants passant par le chemin Roxham

Un agent de la GRC devant le chemin Roxham.

Devant le chemin Roxham, les agents de la GRC disposent de masques de protection.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

À ce jour, les migrants en situation irrégulière souhaitant obtenir l’asile au Canada peuvent toujours traverser le chemin Roxham sans être forcés à un isolement. Un dépistage sera néanmoins mis en place.

On parle d’environ 60 à 80 personnes qui traversent quotidiennement le chemin Roxham en ce moment, selon une estimation du président du Syndicat des douanes et de l’immigration, Jean-Pierre Fortin.

Ces personnes proviennent des États-Unis, durement touchés par la propagation de la COVID-19, mais sont aussi susceptibles d'avoir traversé d'autres frontières.

Souvent, ces personnes transitent par plusieurs pays avant d’arriver au Canada. Elles sont dans le besoin. Et on peut imaginer qu’elles ont fréquenté plusieurs personnes, souligne M. Fortin.

Le chemin Roxham, qui est situé à la frontière canado-américaine, à moins d’une heure de Montréal, permet aux migrants qui le traversent de venir présenter une demande d’asile au Canada. Cette possibilité est offerte dans le cadre de l’Entente sur les tiers pays sûrs.

Aux abords de cette route, rien ne semble avoir changé. Des agents de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) sont toujours présents et installés dans une bâtisse blanche, en attendant l’arrivée de migrants en situation irrégulière, qu’ils transféreront au poste frontalier de Saint-Bernard-de-Lacolle. Des agents des services frontaliers se chargent par la suite du traitement des demandes d’asile.

Des milliers de passages

En 2019, plus de 16 000 personnes ont présenté au Québec une demande d’asile en utilisant, comme l’indique le gouvernement canadien, un point d’entrée terrestre, soit, dans les faits, le chemin Roxham. En janvier 2020, on a dénombré 1115 passages.

Pas d’isolement obligatoire

Quelle est la procédure en vigueur? On demande aux demandeurs d’asile de se mettre en quarantaine. Il n’y a aucune obligation, regrette Jean-Pierre Fortin.

Il n’y aurait également aucune surveillance concernant le parcours de ces migrants, après leur arrivée, de la part des autorités canadiennes, poursuit-il.

Il y a des préoccupations. Il faut mettre en place des mesures pour que [les demandeurs d’asile] puissent entrer en toute sécurité et ne pas contaminer les citoyens canadiens.

Jean-Pierre Fortin, président du Syndicat des douanes et de l’immigration

Les agents présents disposent néanmoins de l’équipement nécessaire pour se protéger de la propagation du virus, dit-il.

Radio-Canada a d’ailleurs constaté sur place que des agents portaient des masques.

S’il y a des symptômes, on a des masques et du matériel à disposition pour ces migrants, a expliqué un agent de la GRC, devant l’entrée du chemin Roxham.

Les installations au chemin Roxham avec la présence de la GRC.

Selon le Syndicat des douanes et de l'immigration, un isolement obligatoire des migrants passant par le chemin Roxham doit être instauré, avec la mise en place d'installations temporaires.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Des inquiétudes transmises à Ottawa, un dépistage mis en place

Jean-Pierre Fortin assure avoir soulevé ces inquiétudes au cabinet du ministre de la Sécurité publique, Bill Blair.

La solution pourrait être de les garder sur place, avec des gens de Santé Canada, de la Croix-Rouge, dans des installations temporaires, le temps de l’isolement. On pense que ce serait la solution la plus viable, croit Jean-Pierre Fortin.

En réaction, l'Agence des services frontaliers (ASF) a indiqué mardi après-midi à Radio-Canada qu'un dépistage est désormais réalisé pour chaque personne passant notre frontière.

Ces migrants en situation irrégulière subissent des examens auprès des agents de la GRC et de l'ASF, précise cette dernière, tout en mentionnant que les agents sont sensibilisés à la possibilité de signes de maladies.

Des entrevues individuelles sont faites avec les demandeurs d’asile afin d’établir leurs antécédents de voyage et d’évaluer leur état de santé, y compris l’observation de symptômes. Des salles d’isolement ont aussi été fournies en cas de contamination éventuelle afin d’éviter la propagation, détaille Judith Gadbois-St-Cyr, porte-parole de l'ASF.

Les Canadiens peuvent avoir confiance dans les mesures prises par nos agents pour atténuer le risque d’entrée de la COVID-19 à tous les points d’entrée du pays.

Judith Gadbois-St-Cyr, porte-parole de l'ASF

Si les demandeurs d'asile irréguliers présentent des symptômes, ils sont référés à la santé publique pour un examen plus approfondi, ajoute-t-elle.

Un dépliant présentant les symptômes et la recommandation de s'isoler durant 14 jours est également remis à ces migrants, reprend-elle.

Qu’est-ce que l’Entente sur les tiers pays sûrs?

Cet accord, entré en vigueur en 2004, désigne le Canada et les États-Unis comme des pays sûrs pour les demandeurs d’asile. Normalement, les immigrants qui veulent présenter une demande d’asile doivent, en vertu de cette entente, le faire obligatoirement dans le premier de ces deux pays qu’ils traversent. Cette demande doit se faire à un poste frontalier, ce que n’est pas le chemin Roxham. En utilisant ce passage, ces migrants en situation irrégulière peuvent ainsi contourner l'accord et demander l’asile au Canada, malgré leur passage initial aux États-Unis.

Le Bloc québécois veut une fermeture sans délai

Devrait-on fermer ce chemin pour limiter les risques de propagation? Cette demande a été faite dimanche par le chef du Bloc québécois, qui réclame également une suspension de l'accord binational sur les tiers pays sûrs.

Selon Yves-François Blanchet, le gouvernement Trudeau doit fermer sans délai tous les points d’entrée irréguliers et un isolement obligatoire d’une durée indéterminée doit être imposé aux personnes entrant actuellement par ce passage.

Il y a une incohérence actuellement, affirme pour sa part l’avocat en immigration Stéphane Handfield. D’un côté, on impose des mesures contraignantes aux Canadiens, et de l’autre, on permet encore à des gens de passer à la frontière comme si de rien n’était.

La suspension de l'entente semble néanmoins écartée. Les accords internationaux sont maintenus, souligne le président de l’Association québécoise des avocats en droit de l’immigration, Guillaume Cliche-Rivard.

Nous avons décidé [...] de continuer de respecter notre politique vis-à-vis des réfugiés, a de son côté déclaré le ministre fédéral des Transports, Marc Garneau, au 98.5 FM.

Quelques étapes de base.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Comment bien se laver les mains.

Photo : Radio-Canada

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique fédérale

Politique