•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : Des aînés réfractaires aux mesures imposées par le gouvernement

Certaines personnes âgées ne semblent pas vouloir respecter la demande du premier ministre François Legault d'éviter de sortir de chez elles.

Une personne âgée marche avec une canne en tirant un chariot.

Les personnes de 70 ans et plus sont invitées à rester chez elles pendant la crise de la COVID-19.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Radio-Canada

Il y a quelques jours, le premier ministre du Québec demandait aux aînés de 70 ans et plus de rester chez eux afin d'éviter de se mettre à risque. Selon la titulaire de la Chaire de recherche sur la maltraitance envers les personnes aînées, Marie Beaulieu, cette résistance pourrait être attribuable à un manque d'information.

Différents facteurs peuvent expliquer ces comportements, selon la spécialiste. Les gens de 70 ans et plus vivent un impact qui est plus grand que l'ensemble de la population, mais d'emblée une distanciation sociale, c'est difficile pour tout le monde, explique Marie Beaulieu à l'émission Par ici l'info.

Elle estime que certaines des personnes âgées qui résistent sont mal informées sur la situation ou n'ont pas de vision d'ensemble des enjeux. De plus, elles pourraient ne pas comprendre pourquoi ces mesures ont été mises en place.

Il y a aussi la catégorie des invincibles, des gens qui pensent que c'est fait pour les autres et que la pandémie ne les atteindra pas. Mais le groupe qui m'inquiète davantage, ce sont les inconscients qui pensent être en mesure de s'en sortir même s'ils contractent le virus, souligne Mme Beaulieu.

Une des solutions à ce problème pour la titulaire de la Chaire de recherche est de mandater une personne de confiance dans l'entourage de l'aîné, afin que le bon message et les consignes soient respectés.

Une des façons d'entrer en contact avec eux, c'est de leur demander qu'est-ce qu'ils ont entendu sur la COVID-19 et ce qu'ils retiennent. Il peut être utile aussi d'expliquer à cette personne que nous sommes inquiets pour elle et que nous souhaitons que les mesures mises en place soient appliquées pour la protéger.

Marie Beaulieu, titulaire de la Chaire de recherche sur la maltraitance envers les personnes aînées

Pour Marie Beaulieu, le dialogue dans ce genre de situation est important et il faut adopter un ton qui ne sera pas confrontant.

Il faut s'assurer de ne pas les choquer ou qu'ils pensent que leur point de vue n'est pas entendu. Rappelez-leur pourquoi il faut cesser les contacts sociaux et que vous voulez les protéger, conclut-elle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Estrie

Santé publique