•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Archives

Londres sous les bombes en mars 1944

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Le reporter de guerre Marcel Ouimet

Reportage de guerre de Marcel Ouimet, 22 mars 1944

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le 22 mars 1944, le reporter de guerre Marcel Ouimet se trouve à Londres, quartier général des correspondants de Radio-Canada durant la Deuxième Guerre mondiale. Pendant la nuit, il assiste à un raid aérien des forces allemandes qu’il décrit pour les auditeurs canadiens.

Une nuit noire sans lune, un grand calme plane sur Londres. La ville est tranquille, inactive, sauf pour ses services de défense et ses usines de guerre. Endormis, ses millions de citoyens goûtent chacune des heures d'un repos qu'ils méritent bien. Puis, soudainement...

Le correspondant de guerre Marcel Ouimet

Dans son reportage, Marcel Ouimet fait entendre le rugissement des sirènes qui avisent les habitants de Londres des bombardements de l’ennemi. Un silence impressionnant suit. Puis, les grondements des canons de la Défense contre aviation (DCA) grandissent en intensité.

Pour enregistrer cette trame sonore, le reporter a placé un microphone sur le toit de l’immeuble où il loge. Son reportage laisse une grande place aux bruits de la guerre.

« L’éclatement des obus éclaire le ciel », décrit-il. Une scène à laquelle Marcel Ouimet a assisté plusieurs fois dans les dernières semaines et qui n’a rien de comparable aux raids d’il y a trois ans.

Les bombes des forces allemandes ont fait des dégâts, des victimes, « mais la nuit a coûté cher à l’ennemi », soutient le journaliste. Neuf avions ont été abattus par la DCA.

« En somme, un autre de ces raids qui n'ont rien de sensationnel et qui ne restreignent à peu près pas la prodigieuse activité de Londres », conclut Marcel Ouimet dans son reportage du 22 mars 1944.

Encore plus de nos archives

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.