•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : l'administration Trump envisage un plan de relance de 850 milliards

Le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin assure que les marchés boursiers resteront ouverts, malgré leurs déboires des derniers jours.

Un main gantée apparaît devant le podium de la tribune de la presse à la Maison-Blanche.

Un journaliste ganté lève la main pour poser une question lundi lors d'un point de presse du président Trump sur le coronavirus.

Photo : Getty Images / Win McNamee

Radio-Canada

L’administration Trump va demander au Congrès d’approuver un plan de relance de 850 milliards de dollars (1200 G$ CA) pour répondre aux graves répercussions économiques attribuables au coronavirus, signalent plusieurs médias américains.

La nouvelle a été ébruitée en matinée, peu avant l’ouverture des bourses nord-américaines, maintenant en territoire baissier. Les principaux indices ont tous ouvert, puis clôturé, en légère hausse, après avoir connu lundi une des pires journées de leur histoire.

En conférence de presse, un peu plus tard, le secrétaire au Trésor, Steven Mnuchin, a confirmé qu'il allait présenter ce plan aux sénateurs républicains. L’objectif principal consiste à injecter de l’argent dans l’économie du pays.

Le plan inclurait notamment une aide de 50 milliards de dollars, destinée spécifiquement aux compagnies aériennes, en sérieuse difficulté, et de l'aide pour les petites entreprises.

Les médias américains ont aussi évoqué que le plan comprendrait une baisse des taxes sur les salaires, comme le réclame le président Trump depuis un moment, mais cette perspective paraît incertaine.

Le secrétaire Mnuchin a cependant précisé que les effets d'une telle mesure ne se feraient pas sentir assez rapidement, de sorte que le président préfère que les Américains reçoivent des chèques plus rapidement.

Peut-être une récession

Lundi, le président Donald Trump a admis pour une première fois que les États-Unis se dirigent peut-être vers une récession en raison des conséquences économiques du coronavirus.

Le plan de relance viendrait s'ajouter à un autre plan d'environ 100 milliards de dollars qui vise à fournir des congés de maladie payés aux travailleurs directement touchés par ces conséquences.

Adopté dans la nuit de vendredi à samedi par la Chambre des représentants à majorité démocrate, ce plan n'a cependant pas encore été adopté par le Sénat, à majorité républicaine.

Le texte prévoit un test de dépistage gratuit pour les Américains qui en ont besoin, y compris ceux qui n'ont pas d'assurance, et des prestations pouvant s'étaler de deux semaines à trois mois, selon le cas.

Le chef de la majorité républicaine au Sénat, Mitch McConnell, a promis mardi matin que le Sénat n'ajournera pas ses travaux tant qu'un plan ambitieux pour lutter contre les effets négatifs de l'épidémie n'aura pas été adopté.

Les républicains du Sénat sont convaincus que le projet de loi de la Chambre ne peut qu'être le début de nos efforts, a-t-il dit. C'est un moment de poser des gestes bipartisans, audacieux.

Pas question de fermer les marchés

Le secrétaire Mnuchin a par ailleurs profité de la conférence de presse de mardi midi pour assurer que les marchés boursiers resteront ouverts, malgré les déboires des derniers jours.

Tout le monde veut qu'ils restent ouverts. Nous pourrions atteindre un stade où nous réduirions les heures [d'ouverture], si c'est quelque chose qu'ils jugent nécessaire, a-t-il dit.

« Les Américains doivent savoir que nous allons tout faire pour qu'ils aient accès à leur argent, à la banque, dans [leurs plans de retraite] 401(k) et à leur argent investi dans les marchés. »

— Une citation de  Steven Mnuchin, secrétaire au Trésor des États-Unis

Le vice-président américain Mike Pence, qui coordonne les efforts de l'administration pour contrer le coronavirus, a pour sa part invité les entrepreneurs en construction à donner leurs masques N95 aux hôpitaux.

Ces masques ne sont pas destinés à un usage médical, mais l'administration a récemment autorisé les travailleurs de la santé à en porter, étant donné la situation actuelle.

Le président Trump a quant à lui mentionné que des hôpitaux de type militaire seront vraisemblablement déployés dans les zones les plus touchées par le coronavirus.

L'administration considère actuellement des sites qui pourraient les accueillir.

La COVID-19 a maintenant fait plus de 100 morts aux États-Unis, qui comptent près de 6000 cas, selon une compilation de l'Université Johns Hopkins. Avec la confirmation d'un cas en Virginie-Occidentale, les 50 États américains comptent maintenant au moins une personne déclarée positive à la COVID-19.

Avec les informations de Washington Post, New York Times, Wall Street Journal, Reuters, et Associated Press

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !