•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Val-d'Or ne s'attend pas à couper d'autres services municipaux

La salle du conseil municipal avec les sièges des élus et les tables pour les journalistes.

La séance du conseil municipal de Val-d'Or a été présentée à huis clos, lundi soir.

Photo : Radio-Canada / Marc-André Landry

Marc-André Landry

La Ville de Val-d'Or ne s'attend pas à devoir fermer temporairement d'autres services à ses citoyens dans sa lutte contre la pandémie du coronavirus.

Les autorités municipales ont multiplié les fermetures depuis le début de la crise, la semaine dernière, notamment sur le plan des loisirs et de la culture.

La séance du conseil municipal de lundi soir s'est même tenue à huis clos, sans public, mis à part les journalistes. Elle était cependant diffusée en direct via Facebook.

Le maire Pierre Corbeil estime que la Ville doit faire sa part, comme le reste des acteurs de la société québécoise.

Tout le monde doit faire les efforts pour s’adapter, dit-il. Ce sont peut-être des petits sacrifices, mais le résultat de tous ces sacrifices va faire la différence probablement dans l’expansion de la pandémie. Jusqu’ici, les choses donnent raison aux directives. Le temps va faire foi de tout.

Services des inspections, des permis et de sécurité incendie

Le maire ajoute que le service des inspections et des permis pourrait peut-être être suspendu, mais Val-d'Or n'en est pas rendue là, pas plus que de fermer complètement l'accès à son Hôtel de Ville.

Pour les inspections et les permis, les dispositions ont été prises pour faire faire le gros du travail des officiers par téléphone, précise le maire Corbeil. Il est possible de prendre rendez-vous et il faut s'abstenir de se présenter si on a des symptômes. Je pense qu'on a atteint une vitesse de croisière dans nos différents services.

Val-d'Or n'a pas non plus procédé à des mises à pied temporaires de son personnel, du moins pour l'instant.

Il y a eu des réaffectations de tâche et de l'isolement volontaire pour des employés qui ont voyagé pendant la relâche, souligne le maire. Ils peuvent faire du travail à la maison. Ce matin, c'était le branle-bas pour que les employés du Service de sécurité incendie aient accès à des places en service de garde. Tout est en ajustement rapide pour qu'on puisse répondre à la réalité de la situation.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Abitibi–Témiscamingue

Politique municipale