•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La COVID-19 est désormais moins répandue en Chine que dans le reste du monde

Des personnes en habit de protection se déplacent dans une école munis de bonbonnes remplies de liquide.

Des volontaires s'apprêtent à désinfecter une école de Jakarta, en Indonésie.

Photo : Reuters / Willy Kurniawan

Radio-Canada

Les mesures draconiennes pour limiter la propagation du coronavirus continuent de se multiplier dans les 145 pays désormais touchés par la pandémie, tandis que le monde a franchi le cap des 7000 morts.

En Chine, le confinement de 50 millions de personnes dans le Hubei semble avoir porté ses fruits, puisqu’on signale un seul nouveau cas de COVID-19 d'origine locale. À titre comparatif, on dénombrait plus d'un millier de nouvelles contaminations quotidiennes en février.

La Chine a affirmé la semaine dernière avoir « pratiquement jugulé » le virus. Or, les autorités s’inquiètent des cas importés par des personnes en provenance de l’étranger. On dénombre mardi 20 nouveaux cas de COVID-19 importés, pour un total de 143. Les autorités ont donc décrété une quarantaine obligatoire de 14 jours pour les voyageurs étrangers.

La maladie est désormais moins répandue dans son berceau chinois que dans le reste du monde. Ainsi, après l'Espagne et l'Italie, c’est au tour de la France d’entrer en confinement général mardi, après que la santé publique a fait savoir que la contamination s’accélère.

Le directeur général de l’Agence régionale de santé d’Île-de-France, région où se situe Paris, a notamment affirmé lundi soir que sur les 190 personnes hospitalisées aux soins intensifs, la moitié a moins de 60 ans. Il n’y a pas que des personnes âgées, il y a des jeunes de tous âges, intubés, ventilés, a-t-il dit.

L'Union européenne, quant à elle, ferme ses frontières aux ressortissants étrangers dès aujourd’hui pour freiner la propagation du coronavirus, et ce, pour 30 jours.

Aux États-Unis, où le président a recommandé d’éviter les rassemblements de plus de 10 personnes, on compte désormais plus de 4600 cas de COVID-19 et on dénombre 85 morts. Donald Trump a par ailleurs reconnu lundi que la propagation n’était pas maîtrisée.

Devant la perturbation de l’économie mondiale, les ministres des Finances des pays du G7 vont travailler avec le Fonds monétaire international et la Banque mondiale pour aider les pays, dont les pays émergents et en développement, à absorber le choc sanitaire et économique causé par la COVID-19.

Ils promettent aussi de s’attaquer aux perturbations des chaînes d’approvisionnement internationales.

Sur les marchés financiers, la Bourse de Tokyo a terminé la séance de mardi en hausse symbolique, notamment en raison de la promesse de la Banque du Japon d'augmenter ses achats de fonds indiciels, ce qui a compensé la nouvelle chute enregistrée lundi par Wall Street.

L'indice Nikkei a avancé de 0,06 %, à 17 011,53 points.

Reste que la confiance sur les marchés est fragile face à la perspective d'une interruption de la croissance mondiale en raison de la multiplication des mesures de confinement un peu partout dans le monde.

En rafale, dans le monde

  • l'Italie, qui compte 28 000 cas, affirme ne pas avoir « encore atteint le pic » de contagion;
  • la Corée du Sud, 5e pays le plus touché, recense pour la 3e journée de suite moins de 100 nouveaux cas;
  • l'OMS commencera cette semaine à dépister le coronavirus dans les zones rebelles du nord de la Syrie;
  • l'Iran, qui compte maintenant 15 000 cas, ferme quatre importants lieux saints;
  • la Turquie interdit les prières collectives dans ses mosquées;
  • l'Inde ferme tous ses musées et monuments, dont le Taj Mahal;
  • au Venezuela, Nicolas Maduro met le pays en « quarantaine totale »;
  • au Brésil, des centaines de prisonniers s'évadent après l'instauration de mesures préventives anti-coronavirus;
  • aux États-Unis, un premier essai clinique est en cours pour un vaccin;
  • toujours aux États-Unis, une élection primaire démocrate en Ohio qui devait avoir lieu mardi a été reportée;
  • le détaillant en ligne Amazon recrutera 100 000 employés pour ses entrepôts et ses livraisons aux États-Unis afin de faire face à un bond des commandes en ligne, étant donné que de nombreux consommateurs se sont tournés vers Internet depuis le début de l'épidémie de coronavirus;
  • les compagnies aériennes américaines demandent une aide gouvernementale pouvant aller jusqu'à 50 milliards de dollars.
Avec les informations de Agence France-Presse, Le Parisien, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !