•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des élus municipaux siègent au conseil de Rimouski par vidéoconférence

Il s'agissait d'un test, mais aussi d'un geste de prévention.

La conseillère municipale, Virginie Proulx du district du Bic à Rimouski participe par vidéoconférence à la séance du conseil municipal.

La conseillère municipale, Virginie Proulx du district du Bic à Rimouski participe par vidéoconférence à la séance du conseil municipal.

Photo : Radio-Canada / Marie-Christine Rioux

C'est une chose qui ne s'était jamais vue auparavant : deux conseillers municipaux ont pris part, lundi soir, à la séance régulière du conseil par vidéoconférence depuis leur résidence personnelle.

Les conseillers Grégory Thorez et Virginie  Proulx ne sont pas en isolement et ne présentent pas de symptômes s'apparentant à ceux du coronavirus.

S'ils ont des raisons personnelles d'être prudents, puisque le conjoint de madame Proulx est médecin et le travail de monsieur Thorez comme chauffeur d'autobus le met en contact avec de très nombreuses personnes, ils ont aussi voulu expérimenter une façon de faire qui permettrait de protéger la capacité du conseil à prendre des décisions même si la crise du coronavirus en venait à dégénérer.

On voulait l'essayer. C'est un exemple pour le public que l'on doit favoriser la distanciation sociale comme le demande le gouvernement du Québec.

Grégory Thorez, conseiller municipal du district de Sainte-Odile à Rimouski
Le conseiller municipal, Grégory Thorez du district Sainte-Odile à Rimouski participe par vidéoconférence à la séance du conseil municipal.

Le conseiller municipal, Grégory Thorez du district Sainte-Odile à Rimouski participe par vidéoconférence à la séance du conseil municipal.

Photo : Radio-Canada / Marie-Christine Rioux

De plus en plus, on va inciter les citoyens à adopter ces pratiques.

Virginie Proulx, conseillère municipale du district du Bic à Rimouski

Prendre la menace au sérieux

La séance du conseil donnait l'impression que la Ville se prépare au pire.

Elle fut brève et s'est déroulée devant quelques citoyens, éparpillés dans une nouvelle configuration de l'espace réservé au public.

La nouvelle disposition de l'espace réservé au public lors des séances du conseil municipal de Rimouski

La nouvelle disposition de l'espace réservé au public lors des séances du conseil municipal de Rimouski.

Photo : Radio-Canada / Marie-Christine Rioux

Un gardien de sécurité était également présent.

La nouvelle disposition de l'espace réservé au public lors des séances du conseil municipal de Rimouski

La Ville de Rimouski a distancé les chaises réservées au public lors de la réunion du conseil municipal.

Photo : Radio-Canada / Marie-Christine Rioux

Restreindre les contacts directs

Avant le début de la séance du conseil, la Ville a publié un communiqué de presse pour indiquer qu'elle resserrait les mesures prises pour éviter la propagation du coronavirus.

À compter de mardi, le public pourra se rendre à l'hôtel de ville uniquement sur rendez-vous. La règle s'appliquera également pour l'accès aux bâtiments des autres services municipaux.

Selon le maire, la mesure vise à protéger les employés municipaux et à réduire au strict minimum les contacts entre les gens.

On veut privilégier l'utilisation des outils en ligne. L'équipe municipale reste au travail, mais on adapte nos méthodes de travail par mesure préventive.

Marc Parent, maire de Rimouski

Consultation annulée

Dans le même esprit, la Ville a annoncé, lundi soir, qu'elle annulait une séance de consultation sur la sécurité routière dans le secteur de l'école Paul-Hubert qui devait avoir lieu mercredi.

Le maire a également expliqué que les prochaines assemblées du conseil auront fort probablement lieu en l'absence du public. Elles seront toutefois télévisées.

La conseillère municipale du district de Rimouski-Est, Cécilia Michaud

La conseillère municipale du district de Rimouski-Est, Cécilia Michaud

Photo : Radio-Canada / Marie-Christine Rioux

Un centre de dépistage

Le maire Parent dit être en contact quotidien avec le directeur de la Santé publique du Bas-Saint-Laurent, le docteur Sylvain Leduc. Les deux hommes ont d'ailleurs eu un entretien lundi auquel a participé la présidente-directrice générale du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) du Bas-Saint-Laurent, Isabelle Malo, et les préfets de la région.

Pour Marc Parent, l'objectif est de bien coordonner les efforts locaux et régionaux dans la lutte contre le coronavirus.

Sylvain Leduc parle au micro dans le studio de radio de Radio-Canada à Rimouski.

Le docteur Sylvain Leduc

Photo : Radio-Canada / Zoé Bellehumeur

Interrogé à savoir si un aréna de la ville pourrait être utilisé commecentre de dépistage du COVID-19, comme ce sera le cas prochainement à Baie-Comeau, le maire Parent a indiqué que si le CISSS souhaite augmenter sa capacité à mener des tests de dépistage, sa ville fera tout son possible pour répondre aux demandes des gestionnaires du réseau de la santé.

D'autres absents

On a finalement appris lundi soir que les systèmes de vidéoconférence pourront servir dans bien d'autres circonstances : un conseiller municipal, Jocelyn Pelletier et le directeur général de la Ville, Claude Périnet, doivent prochainement revenir de voyages à l'étranger, ce qui les obligera à se placer en isolement volontaire pour 14 jours.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !