•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des gestes pour maintenir en vie la scène culturelle et sportive dans la région

Gabrielle Desbiens devant la régie télé de Radio-Canada à Saguenay

La directrice générale Culture Saguenay—Lac-Saint-Jean, Gabrielle Desbiens.

Photo : Radio-Canada

Alors que la scène culturelle et sportive tourne au ralenti dans la région comme ailleurs au pays, des gens s'activent pour maintenir en vie ces deux secteurs clés de notre économie.

Au sein de l'organisme Culture Saguenay–Lac-Saint-Jean, on cherche à mesurer les conséquences économiques pour les différents acteurs de la région de la suspension des spectacles et productions pour une durée indéterminée.

Un formulaire est disponible en ligne pour sonder les membres avec pour objectif de demander par la suite des compensations financières auprès des différents gouvernements, selon la directrice générale de Culture Saguenay–Lac-Saint-Jean, Gabrielle Desbiens.

On invite les organismes, les artistes, les travailleurs culturels soutenus ou pas par les instances gouvernementales à répondre à ce sondage qui nous permet de faire le lien avec les instances afin de s'assurer que tout le monde va pouvoir être soutenu dans la mesure du possible.

#billetsolidaire

Par ailleurs, un mot-clic a fait son apparition pour soutenir le milieu culturel. Le #billetsolidaire s'adresse aux détenteurs de billets de spectacles annulés à qui on demande de renoncer au remboursement de leurs billets par solidarité avec les producteurs. Cet argent permettra d'assurer la pérennité d'événements mis à mal par la récente vague d'annulations forcées par crainte de la propagation de la COVID-19.

Cet élan de solidarité se manifeste aussi sur la scène sportive. La fin de semaine dernière, de nombreux coureurs devaient participer à la Course des pichous dans les rues de Saguenay. La course a dû être annulée, mais près d'un millier de participants ont renoncé jusqu'à maintenant à récupérer le montant de leur inscription et ont manifesté leur intention de participer à l'événement gratuitement l'an prochain. Un geste bien reçu par les organisateurs de la course.

Présentement, 36 % des personnes ont fait don de leur inscription, ce qui assure que la Course des pichous aura lieu l'an prochain.

Mario Boily, président, Course des pichous

Regard en ligne

La 24e édition du Festival Regard a beau avoir été annulée, les cinéphiles peuvent tout de même visionner certains des courts métrages qui devaient être projetés sur grand écran... en ligne.

Au cours des 10 prochains jours, 10 courts métrages de cette 24e édition sont disponibles sur le site de La Fabrique culturelle.

Enfin, même si le gouvernement du Québec a ordonné la fermeture des centres d'entraînement, des salles de danse, de spinning, de zumba et de yoga jusqu'au 30 mars, certains adeptes ont modifié leur routine pour s'adapter à la situation.

C'est le cas entre autres du propriétaire du gymnase Engrenage Biomécanique, Étienne Booth, qui invite sa clientèle à s'entraîner à l'extérieur en mettant des équipements à sa disposition. L'idée étant de faire contre mauvaise fortune, bon cœur.

Il y a une modification dans les habitudes, mais ça ne veut pas dire qu'on doit arrêter d'avoir des habitudes qui nous aident à entretenir notre santé physique et psychologique, dit-il, philosophe.

Avec les informations de Julie Larouche

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !