•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le nombre de clients dans les restaurants en chute libre

Des clients dans un restaurant

Le Time Out au Centre Eaton de Montréal

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Laurianne Croteau

Le nombre de personnes qui fréquentent les restaurants canadiens a chuté de moitié par rapport à 2019, révèlent des données obtenues par Radio-Canada. L’affluence des restaurants a commencé à diminuer avant même que les gouvernements instaurent des mesures de confinement pour ces établissements.

L’Ontario est la seule province dont la baisse d’affluence dépasse les 50 %, selon les statistiques compilées par le site de réservations en ligne OpenTable. Ces données incluent les clients qui ont réservé en ligne, par téléphone ou qui n’avaient pas de réservation.

L’Alberta et le Québec se situaient autour de la moyenne nationale, avec respectivement 46 % et 47 %. La Colombie-Britannique a vécu la plus petite baisse, à 38 %.

Au Québec et au Nouveau-Brunswick, les gouvernements provinciaux ont ordonné la fermeture des restaurants de type buffet. Les autres peuvent demeurer ouverts, à condition de limiter le nombre de clients à 50 % de leur capacité d'accueil.

Des restaurants à travers le pays ont choisi de leur plein gré de réduire leurs heures d’ouverture, de suspendre le service aux tables ou de fermer temporairement leurs portes. C’est le cas des chaînes St-Hubert, Starbucks et Tim Hortons, qui ne serviront les clients qu’à travers le service au volant ou par livraison, à compter de lundi.

Un restaurant St-Hubert

Les 123 restaurants St-Hubert au Québec, en Ontario et au Nouveau-Brunswick n'offrent plus de service aux tables pour une période indéterminée.

Photo : La Presse canadienne / Peter Mccabe

David Lefebvre, vice-président de Restaurants Canada, se réjouit du fait que les restaurants puissent continuer à fonctionner malgré la crise. À date, les gouvernements ont entendu notre appel de conserver les services de livraison et de takeout. Ce sont des services essentiels, parce que les gens doivent continuer de manger.

Plusieurs restaurateurs essayent de voir quelle est la « moins pire » manière de fermer. Est-ce que c’est de couper des heures, diminuer le nombre de tables ou bien que les employés soient sur l’assurance-emploi?

David Lefebvre, Vice-président de Restaurants Canada

Le gouvernement canadien a débloqué 10 milliards de dollars canadiens pour aider les entreprises à garder la tête hors de l’eau, une annonce qui a été bien reçue par les propriétaires de restaurants, selon David Lefebvre. Mais le problème, dénonce-t-il, c’est qu’ils ont reçu très peu de détails sur les programmes en question.

Les cuisiniers Abrahan Ruiz et Ishaan Kohli en plein travail dans la cuisine du restaurant Edible Canada à Vancouver.

Les cuisiniers Abrahan Ruiz et Ishaan Kohli travaillent dans la cuisine du restaurant Edible Canada à Vancouver.

Photo : La Presse canadienne / DARRYL DYCK

C’est du jamais vu, interdire autant d'événements sportifs et culturels, affirme Tony Elenis, président de l’Ontario Restaurant Hotel & Motel Association (ORHMA). L’impact se fait sentir dans toute l’industrie du service. Même si on est durement touchés par les mesures de confinement, on n’a pas le choix de les accepter.

Le porte-parole de l’association ontarienne admet qu’il s’inquiète autant pour les employeurs que pour les employés de l’industrie. Depuis quelques jours, il s’entretient avec des représentants du gouvernement pour faire entendre les inquiétudes des restaurateurs et s’assurer que le gouvernement offre une réponse adéquate.

Les municipalités devraient accorder un congé de taxes foncières aux restaurateurs, croit Tony Elenis, et demander aux banques d’assouplir les délais pour payer les paiements de loyer.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Alimentation

Société