•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Coronavirus : les dentistes du Québec réduisent leurs activités au minimum

Une chaise de dentiste vide dans un bureau.

Les rendez-vous non urgents sont suspendus pour les deux prochaines semaines dans les cliniques dentaires du Québec.

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Lavoie

Pascal Poinlane

À moins d’une urgence, les rendez-vous chez le dentiste sont annulés pour une période de deux semaines. Une mesure qui s’étend à la grandeur de la province, après une directive donnée par l’Ordre des dentistes du Québec et l’Ordre des hygiénistes dentaires du Québec.

La directive a rapidement été appliquée au centre de santé dentaire Julie Corriveau, de Lévis. Les réceptionnistes travaillent d’arrache-pied pour annuler et reporter les rendez-vous des deux prochaines semaines.

Seuls les traitements urgents qui résultent d’une infection, d’une douleur aiguë ou d’un traumatisme sont maintenus.

Une personne qui tombe sur la glace, qui se casse les dents, ça, c’est sûr qu’on va pouvoir répondre à ces besoins-là de façon très urgente.

Julie Corriveau, dentiste

Cependant, un patient qui revient d’un voyage ou qui éprouve des symptômes qui s'apparentent à la COVID-19 aurait difficilement accès aux soins dentaires d’urgence. Il serait redirigé vers le système hospitalier.

Une chaise de dentiste vide dans un bureau vacant.

Les rendez-vous non urgents sont suspendus pour les deux prochaines semaines dans les cliniques dentaires du Québec.

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Lavoie

Impacts financiers

Julie Corriveau l’admet, les pertes financières risquent d’être significatives. La mesure crée également une certaine angoisse chez le personnel de sa clinique. Mais la dentiste approuve la directive de l’Ordre des dentistes du Québec, donnée dans le but de limiter la propagation du virus.

Les professionnels de la santé, y compris ceux du domaine buccodentaire, ont l’obligation de participer à l’effort collectif, insiste Diane Duval, présidente de l’Ordre des hygiénistes dentaires du Québec.

De son côté, le président de l’Ordre des dentistes du Québec, le Dr Guy Lafrance, précise que les salles opératoires sont sécuritaires. Mais il souhaite diminuer l'achalandage dans les cliniques.

Le but est de diminuer la fréquentation des salles d’attente. Souvent, il y a des salles d'attente qui sont petites. Les gens vont être près les uns des autres.

L’Ordre des dentistes affirme que la directive qu’il vient de donner est pour l'instant bien respectée par les dentistes du Québec.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Santé publique

Santé